Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Le coronavirus précipite la fin de l'Airbus A380

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

L'avionneur avait déjà annoncé la fin de la production du gros porteur. Et face à la crise du coronavirus, les compagnies sont sur le point de se séparer de leurs exemplaires, pour faire des économies. Ils sont pour l'instant stockés, et ne redécolleront certainement jamais.

Un A380 livré à la compagnie japonaise ANA, en mars 2019 à Toulouse.
Un A380 livré à la compagnie japonaise ANA, en mars 2019 à Toulouse. © Radio France - Mathieu Ferri

Le Coronavirus est en train d’accélérer la mort de l’A380. Airbus a déjà annoncé l'an dernier l’arrêt de production de l’avion géant, mais le confinement est peut-être en train de lui porter un coup fatal, avec les difficultés du secteur aérien, et le flou pour l’avenir des compagnies.

Et il y a des signes qui ne trompent pas : sur les neuf A380 que comptent encore Air France, cinq sont en train d’être stockés à Tarbes (Hautes-Pyrénées) ou à Teruel (Espagne), deux sites de l’entreprise pyrénéenne Tarmac Aérosave, spécialisée dans le parking des avions, mais aussi le démantèlement et le recyclage.

Pas sûr que ces avions soient désossés tout de suite, mais tout laisse à penser qu'ils ne redécolleront jamais. Le secteur aérien est parti pour des mois voire des années de difficulté. Alors pour faire des économies, les compagnies clouent au sol leurs exemplaires du gros porteur d'Airbus, qui n’ont jamais été rentable, surtout qu’il a encore moins de chance de se remplir, désormais. "Ce qu'on sort en premier de la flotte, ce sont les avions les plus gros" explique ainsi Frédéric Beniada, le journaliste aéronautique de Radio France.

Ca faisait déjà longtemps que les compagnies cherchaient à s'en débarrasser.

La fin d'exploitation de l’A380 était déjà programmée par la plupart des compagnies. "Ca faisait déjà longtemps qu'elles cherchaient à s'en débarrasser" précise Frédéric Beniada. Objectif 2022 pour Air France, mais le mouvement semble s’accélérer avec le Covid-19.

La compagnie allemande Lufthansa a annoncé le 7 avril dernier qu’elle se séparait définitivement de six A380 sur quatorze. Les Australiens de Qantas devraient en faire de même, et arrêter les vols de six exemplaires sur douze.

British Airways, de son côté, a elle aussi immobilisé onze A380 sur l’aéroport de Châteauroux. Un stockage prévu pour six mois, la suite n'est pas encore décidée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess