Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le covoiturage décolle en Haute-Vienne

dimanche 28 janvier 2018 à 18:59 Par Thomas Larabi, France Bleu Limousin

Le dix-neuvième parking dédié au covoiturage en Haute-Vienne a ouvert ses portes à Razès, le long de l'autoroute A 20. D'autres devraient suivre, pour faciliter la vie des nombreux covoitureurs qui partagent leurs véhicules chaque matin pour aller travailler.

Certains parkings arrivent à saturation selon le département
Certains parkings arrivent à saturation selon le département © Radio France - Thomas Larabi

Razès, France

La dix-neuvième aire de covoiturage de la Haute-Vienne a ouvert il y a quelques jours à Razès, le long de l'autoroute A20. Une initiative économique et écologique du département, pour s'adapter à des pratiques déjà existantes.

Ils sont nombreux comme Sandra à s'organiser pour aller travailler à Limoges chaque matin : "Je fais 60 km par jour, donc vu le prix de l'essence, c'est beaucoup plus intéressant". Alors ce parking, elle l'attendait avec impatience tout comme le maire de Razès Jean-Marc Legay, car "le stationnement sauvage était dangereux à cet endroit", proche de l'échangeur. 

Des parkings remplis chaque jour à 50%

Et le succès est au rendez-vous selon le département. Les parkings seraient en moyenne remplis chaque jour à 50%, et certains sont saturés comme celui de Couzeix. Et le directeur des déplacements Christophe Mathou a de nombreux projets en tête : agrandir les sites saturés, et en construire de nouveau à Saint-Hilaire-Bonneval ou encore Bellac.