Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le dépôt de cars Kéolis à Portes-lès-Valence bloqué une matinée

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Une soixantaine de cheminots, d'enseignants et de "gilets jaunes" ont bloqué le départ d'une trentaine de cars entre 6h et 8h30 ce vendredi matin à Portes-lès-Valence (Drôme). Une action dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites.

Le dépôt Kéolis de Portes-lès-Valence a été bloqué entre 6h et 8h30 ce vendredi matin
Le dépôt Kéolis de Portes-lès-Valence a été bloqué entre 6h et 8h30 ce vendredi matin © Radio France - François Breton

Portes-lès-Valence, France

Un dépôt de cars bloqué ce matin à Portes-lès-Valence (Drôme). Une soixantaine de manifestants, essentiellement des cheminots de la CGT accompagnés par quelques enseignants et gilets jaunes, ont entravé les deux accès au dépôt Kéolis. Ils sont arrivés vers 6h et sont repartis à 8h30, avant une intervention de la police. 

Une trentaine de cars n'ont pas pu prendre leur service impactant notamment la ligne 73 entre Valence, Privas et Aubenas, des lignes scolaires dans le secteur de Crest ou encore les trajets Valence-Die et Valence-Montélimar. La circulation des cars a repris dès la levée du blocage mais il a fallu attendre 11 heures pour que le trafic revienne à la normale.

Ce blocage avait lieu dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites. Kéolis est l'une des filiales de la SNCF. Les manifestants voulaient aussi montrer leur désaccord face à un arrêté du ministère des transports. Il autorise les chauffeurs des "bus Macron" à conduire deux heures de plus par jour dans la limite de six heures par semaine. Une décision contestée par les manifestants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu