Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le front syndical renforcé par les annonces d'Edouard Philippe

-
Par , France Bleu Paris

Fin des régimes spéciaux, système universel à points indexés sur les salaires, âge d'équilibre à 64 ans. Les syndicats ont entendu les annonces du Premier ministre pour réformer les retraites. Tous sont mécontents et appellent à renforcer la mobilisation.

.
. © Maxppp - Vincent Isore

Île-de-France, France

Edouard Philippe a détaillé le tant attendu projet de réforme des retraites. Parmi les éléments annoncés : la fin des régimes spéciaux, la mise en place d'un système universel à points indexés sur les salaires, un âge d'équilibre à 64 ans. Ne seront concernées que les générations nées à partir de de 1975.

Vers un renforcement de la mobilisation

Des annonces loin de satisfaire les syndicats, au 7ème jour de la grève contre la réforme des retraites. Au point même de renforcer l'opposition des moins farouches, comme la CFDT, qui pourtant est la seule centrale à soutenir le basculement vers un système universel à points.

Pour Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, une "ligne rouge est franchie", avec la décision du gouvernement d'instaurer un âge d'équilibre à 64 ans. Le syndicat doit se réunir rapidement afin de décider des actions à mener dans "les jours à venir."

Et du côté de l'Unsa, son secrétaire général Laurent Escure, a fait part sa "déception" et de sa "désagréable surprise" après les annonces du Premier ministre. Même choix de mots et même indignation : l'âge pivot à 64 ans est aussi perçu comme une "ligne rouge". Pour l'Unsa, la mobilisation de ses fédérations dans les transports et dans l'éducation nationale pourrait "se globaliser". Didier Mathis, secrétaire général de l'Unsa ferroviaire d'ajouter: "52.000 cheminots perdent le calcul sur les six derniers mois, c'est inacceptable"

Un appel à mobiliser tous les salariés

En revanche, la CGT, premier syndicat de la SNCF a tout de suite appelé à "renforcer la grève". Pour Philippe Martinez, le gouvernement "s'est moqué du monde". Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots ajoute : "pour la fédération CGT des cheminots, les annonces du Premier ministre doivent encourager les salariés à renforcer la grève".

"Je pense qu'on va dans le mur, que ça va durcir le mouvement", a déclaré Bruno Poncet, secrétaire fédéral de SUD-Rail. Il lance un appel général à tous les français : "je dis aux gens, venez avec nous, plus on sera nombreux, plus on fera reculer ce gouvernement". FO appelle à "élargir le mouvement", et à se mobiliser "dans la durée". La CFE-CGC considère la réforme "de plus en plus dangereuse".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu