Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : LGV Limoges-Poitiers

Le gouvernement laisse les pro-LGV Limoges-Poitiers dans l'attente

mardi 3 mai 2016 à 20:50 Par Jérôme Edant, France Bleu Creuse et France Bleu Limousin

Ni oui ni non. C'est ce qui ressort de la réunion LGV qui se tenait au ministère des transports mardi soir. Les principaux élus soutenant le projet, notamment ceux de Limoges et de la Haute-Vienne, étaient reçus trois semaines après l'annulation du projet par le Conseil d'Etat.

Le projet de LGV Poitiers-Limoges reste en stanby
Le projet de LGV Poitiers-Limoges reste en stanby © Maxppp - xxx

Limoges, France

Près de trois semaines après l'annulation de la déclaration d'utilité publique de la LGV Poitiers-Limoges par le Conseil d'Etat, les principaux élus soutenant le projet étaient reçus mardi soir par le secrétaire d'Etat aux transports Alain Vidalies. Mais le gouvernement n'a donc pas encore annoncé s'il relancerait le projet ou pas.

Le ministre était, semble-t-il, embarrassé par cette décision du Conseil d'Etat. Il faut dire que, sur le fond, elle remet sérieusement en cause l'idée même d'une LGV avec "plus d'inconvénients que d'avantages" notamment sur le plan économique et social, ont dit les juges.

Le gouvernement prend le temps de la reflexion

Ce qui est donc certain, c'est que le gouvernement ne repart pas "tête baissée" dans le projet et que les écueils juridiques sont sérieux. Il consultera aussi les opposants début juin et devrait annoncer une décision avant l'été. Du coup, en sortant du ministère, le maire Les Républicains de Limoges, Emile-Roger Lombertie, s'est montré très pessimiste, alors que le socialiste Gérard Vandenbroucke, président de l'agglo et vice-pdt de la Région, annonçait une relative confiance. Entre eux, il y a tout de même un discours commun : ils veulent afficher une union et une force de conviction totale pour relancer la machine.