Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le gouvernement ouvre à la concurrence les lignes ferroviaires Nantes-Bordeaux et Nantes-Lyon

mercredi 9 janvier 2019 à 18:22 Par Antoine Denéchère, France Bleu Loire Océan, France Bleu La Rochelle et France Bleu

Le ministère des Transports annonce qu'il engage la préparation de la mise en concurrence des lignes ferroviaires Nantes-Bordeaux et Nantes-Lyon. La procédure d'appel d'offre se déroulera en 2020/2021. "Une très mauvaise nouvelle pour le service public, les usagers et les territoires", selon la CGT.

Train Intercités
Train Intercités © Maxppp -

Nantes, France

Dans un communiqué publié ce mercredi, le ministère des Transports annonce que "l’Etat a décidé d’engager dès maintenant la préparation de la mise en concurrence de deux premières lignes TET (trains d'équilibre du territoire) : Nantes-Bordeaux et Nantes-Lyon". En effet, la convention actuelle entre l'Etat et la SNCF pour les lignes de TET, aujourd'hui exploitées sous le nom de lignes Intercités, arrive à échéance en 2020. Il pourrait donc s'agir des premières lignes nationales en France à passer à la concurrence, et potentiellement à être gérées par le privé.

Un seul opérateur par ligne ferroviaire

L'appel d'offres se déroulera sur la période 2020/2021, indique le ministère et "tous les opérateurs candidats pourront faire valoir leurs atouts et propositions, et le gouvernement a pleinement confiance dans la qualité des offres qui lui seront présentées". Le communiqué précise que "cela signifie qu’il n’y aura pas plusieurs opérateurs ferroviaires concurrents sur la même ligne, mais un seul opérateur exploitant ces lignes, choisi par l’Etat au terme d’un appel d’offres (...). Le matériel roulant sera, comme aujourd’hui, mis à disposition par l’Etat". Les trains de ces deux lignes viennent d'ailleurs d'être complètement renouvelés, précise le ministère des Transports.

On assiste au désengagement de l'Etat" (CGT cheminots)

Cette annonce se fait dans le cadre de la réforme pour un nouveau pacte ferroviaire, adoptée en juin 2018. L'exploitation par l'opérateur qui sera choisi pourrait débuter en 2022. "C'est une très très mauvaise nouvelle pour le service public ferroviaire, les usagers et les territoires desservies par ces lignes. On est dans une position idéologique, on assiste au désengagement de l'Etat sur l'aménagement du territoire dans les régions traversées."

Des entreprises privées candidates ?

Reste à savoir quelles entreprises se positionneront, la SNCF devant très probablement être candidate : "L'Etat de dégradation de l'axe Nantes-Bordeaux, avec un trajet de plus de cinq heures qui a conduit à un transfert des usagers du rail vers la route, est tel que je ne vois même pas quelle entreprise pourrait être intéressée par la desserte de cette ligne !", estime Aurélien Hamon, de la CGT Cheminots en Pays-de-la-Loire. Le syndicaliste rappelle que "les travaux de renouvellement sur l'axe Nantes-Bordeaux n'ont toujours pas commencé !"