Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le Grand Est prêt à reprendre la gestion des routes nationales sur son territoire

lundi 23 juillet 2018 à 18:38 Par Marie Roussel, France Bleu Sud Lorraine

Et si le Grand Est reprenait la gestion des routes nationales ? Le président de la région Jean Rottner soumet sa candidature à l'Etat et se dit prêt à assumer cette compétence, alors que l'état du réseau routier a été pointé du doigt récemment dans un rapport d'audit.

Selon le rapport d'audit remis au Ministère des Transports 17% du réseau routier national est en mauvais état.
Selon le rapport d'audit remis au Ministère des Transports 17% du réseau routier national est en mauvais état. © Maxppp - Maury GOLINI

Grand Est, France

"Chiche". Voilà ce que répond l'élue du Grand Est Valérie Debord à la proposition du président de la région Jean Rottner. Dans un tweet, il se dit prêt à assumer une délégation de compétences sur les routes nationales non concédées.

Les décisions se placent au niveau de Paris : c'est loin, c'est compliqué. Avec notre maillage territorial nous serons beaucoup plus en capacité de répondre aux besoins de nos administrés." - Valérie Debord.

Une proposition qui fait suite au rapport d'audit accablant remis récemment au Ministère des Transports sur l'état des routes, selon lequel 17% du réseau présente un état de dégradation plus ou moins important.  "De très nombreux administrés se plaignent du mauvais entretien et de la mauvaise qualité des routes, rapporte Valérie Debord. Il nous apparaît que le service de qualité, c'est le service de proximité."

Cela ne signifie pas pour autant une augmentation du budget, tient à préciser la vice-présidente du Grand Est. "Si cette manne est demain décentralisée dans notre région, nous nous engagerons à l'utiliser au mieux. Non pas à augmenter : mais à l'utiliser au mieux et au plus près des besoins de nos convitoyens."