Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le maire de Bordeaux présente un arsenal de mesures pour améliorer les déplacements

-
Par , France Bleu Gironde

Navettes sur la Garonne, "autoroute" cyclable, un nouveau pont : le maire de Bordeaux Nicolas Florian veut passer à la vitesse supérieure sur les projets de mobilité, en faisant la part belle au vélo et au fleuve.

Nicolas Florian, le maire de Bordeaux.
Nicolas Florian, le maire de Bordeaux. © Radio France

Bordeaux, France

"La mobilité, la congestion et les déplacements sont au cœur des préoccupations" reconnaît Nicolas Florian en préambule d'une longue conférence de presse ce lundi, durant laquelle le maire de Bordeaux a présenté tout un arsenal de mesures. Certaines de simples pistes de réflexion, d'autres à mettre en place à court et moyen terme. Avec trois priorités : les déplacements à vélo, la place du fleuve dans les trajets quotidiens et la décongestion de la rocade.

Faire de la Garonne un axe majeur des transports, la doter d'un nouveau pont

Les BatCub qui circulent actuellement sur le fleuve ne sont pas assez nombreux et ne vont pas assez loin pour le maire de Bordeaux.  Il veut pouvoir franchir les rives plus facilement mais aussi circuler d'amont en aval de Bordeaux, au moins de Blanquefort jusqu'à Villenave-d'Ornon. Nicolas Florian évoque des navettes fluviales semblables aux BatCub actuels (20-30 passagers) mais aussi des bateaux plus importants (100-150 passagers). Une étude va être menée et un plan fleuve présenté avant la fin de l'année. "L'investissement serait de l'ordre de 27 millions d'euros" précise Nicolas Florian, pour la construction de pontons et de parkings-relais. 

Bien que le pont Simone Veil soit toujours en cours de construction -le chantier est à l'arrêt suite à une décision du tribunal administratif-, Nicolas Florian lance la piste d'un nouveau pont entre "Bassens rive droite (...) et la zone de Bordeaux Nord, notamment le stade." Pont qui pourrait être livré, si la décision est rapidement prise, en même temps que le Simone Veil, estime le maire de Bordeaux. Objectif : réduire la circulation, souvent compliquée, sur le pont d'Aquitaine. 

Les "mobilités douces" à l'honneur

Sur le modèle de "l'autoroute à vélo" du cours du Maréchal-Juin à Bordeaux, Nicolas Florian veut continuer à sécuriser les voies cyclables : priorité est donnée aux 24 kilomètres des boulevards, "où c'est aujourd'hui dangereux de faire du vélo." Le budget, d'ici à 2025, est estimé à 20 millions d'euros pour la sécurisation, le développement de nouvelles pistes cyclables et la création de parcs de stationnement vélo dont certains pourraient être surveillés, notamment aux Quinconces. Les piétons ne sont pas oubliés, avec la volonté d'améliorer la signalétique et de chasser trottinettes et deux-roues des trottoirs. 

Nicolas Florian : "Mieux réorganiser et libérer de l'espace pour le piéton"

La rocade, éternel point noir 

Avant même la fin des travaux pour que la rocade passe à deux fois trois voies, prévue en 2022, Nicolas Florian veut pouvoir expérimenter une rocade à quatre voies. La vitesse serait alors limitée à 70 km/h et la quatrième voie "pourquoi pas dédiée au transit ou au covoiturage." Elle pourrait aussi servir aux liaisons par "car express" que le maire de Bordeaux veut développer entre la ville et les sous-préfectures de Gironde. 

Nicolas Florian : "Il faut s'attaquer aux échangeurs (...) ça doit être la priorité"

Mais pour certains travaux, comme sur la rocade et les échangeurs, la métropole n'a pas la main : c'est l'Etat qui a la compétence et qui ne souhaite pas la transférer, admet Nicolas Florian. "Mais je ne désespère pas" ajoute-t-il, évoquant des discussions autour de cette compétence. Pour un projet de RER girondin, "et pas seulement métropolitain", un terrain d'entente doit être trouvé avec la SNCF pour des travaux qui se chiffreraient, comme pour la rocade, en centaines de millions d'euros.

Une police de circulation avant la fin de l'année

A très court terme, Nicolas Florian veut mettre en place une police de la circulation, qui se rendrait à la demande sur les routes saturées pour réguler le trafic avec plus d'efficacité que les feux de circulation. Cette unité devrait arriver "avant la fin de l'année." Outre les travaux déjà prévus pour étendre les lignes de tram, des bus "à haut niveau de service" sont évoquées pour relier la ligne D au centre de Caudéran ou encore l'hôpital Pellegrin au campus universitaire. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu