Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le maire de Saint-Aignan-de-Grandlieu partagé après sa rencontre avec le Premier ministre

mercredi 4 juillet 2018 à 3:03 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Le maire de Saint-Aignan-de-Granlieu, la commune la plus pénalisée par le maintien de l'aéroport de Nantes-Atlantique, a rencontré le Premier ministre, ce mardi, avant sa visite à Nantes, ce jeudi. Il en est revenu "dubitatif".

Jean-Claude Lemasson avec Édouard Philippe lors de sa venue à Saint-Aignan au mois de janvier
Jean-Claude Lemasson avec Édouard Philippe lors de sa venue à Saint-Aignan au mois de janvier © Maxppp -

Saint-Aignan-Grandlieu, France

Les maires de Saint-Aignan-de-Grandlieu et de Bouguenais reçus à Matignon ce mardi. Ils ont vu le premier ministre, Édouard Philippe, pour parler avec lui de l'aéroport de Nantes-Atlantique, avant sa venue ce jeudi à Nantes. Une rencontre dont Jean-Claude Lemasson, le maire de Saint-Aignan est sorti "dubitatif". Il y a quelques progrès de faits mais, pour lui, ça ne va pas assez vite. Il espère des annonces plus concrètes ce jeudi.

Des mesures sur le droit de délaissement sans doute annoncées à l'automne

Jean-Claude Lemasson annonce tout de même des avancées sur deux sujets : le droit de délaissement qui permet aux propriétaires qui veulent partir de vendre leur logement à l'État au prix du marché. Des précisions devraient être données à l'automne. Il y a aussi des avancées sur la question des classes avec d'avantage d'enseignants pour aider les enfants à se reconcentrer après le passage de chaque avion. La préfète de Loire-Atlantique sera chargée de voir avec l'Éducation nationale comment faire.

Ça coince toujours pour le survol de nuit et la prise en charge de l'insonorisation des logements

Là où ça coince toujours, en revanche, c'est sur l'interdiction des vols de nuit, même si c'est faisable sans bloquer le développement économique selon Jean-Claude Lemasson. "Si on revisite le modèle de la plateforme dans le cadre du réaménagement de Nantes-Atlantique, on peut aussi ne pas perdre en développement économique. Pour ça, il faut se donner les moyens : davantage de postes avion, davantage d'aérogares et une meilleure accessibilité. Tout ça fera que e modèle économique pourra se développer et, du coup, on ne perdra pas d’attractivité au niveau de l'agglomération nantaise. Si on reste que le modèle actuel, effectivement, la seule solution de développement c'est de faire atterrir et décoller des avions tard le soir et tôt le matin, au détriment des riverains".  Autre question sans solution pour l'instant : l'élargissement du périmètre où l’insonorisation des logements pourra être prise en charge par l'État. Difficile pour l'instant de le faire pour Saint-Aignan parce que d'autres villes, comme Toulouse, pourraient exiger la même chose.