Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le mea culpa de la SNCF pour les retards sur la ligne Nîmes - Montpellier

jeudi 4 octobre 2018 à 18:15 Par Marie Ciavatti, France Bleu Hérault

La SNCF reconnaît que les retards répétés cette semaine sur la ligne entre Nîmes et Montpellier sont liés à l'important chantier de rénovation des voies engagé lundi. Les perturbations affectent les trains du matin, mais ne devraient durer que quelques jours tout au plus.

Jusqu'à deux heures de retard pour certains trains ce jeudi matin
Jusqu'à deux heures de retard pour certains trains ce jeudi matin © Maxppp -

Montpellier, France

Les travaux devaient, en théorie, n'avoir aucune répercussion sur le trafic. Dans les faits, les usagers de la SNCF ont connu des matins difficiles cette semaine, avec des retards répétés. Jusqu'à deux heures d'attente pour certains passagers ce jeudi matin. La direction reconnaît qu'il s'agit d'une conséquence de l'important chantier de rénovation des voies engagé lundi et qui doit durer trois mois. 

Rails, ballast et traverses... Il s'agit de refaire à neuf tout le réseau entre Nîmes et Montpellier sur 51 kilomètres. Les travaux se font de nuit. La SNCF explique que la portion actuellement en cours de réfection, du côté de Nîmes, est la plus ardue. Les manoeuvres ont pris plus de temps que prévu

Et comble de malchance, un engin moteur est tombé en panne jeudi matin. Il a fallu le tracter, retardant la reprise du trafic. Ce n'est, cela dit, qu'une question de jours, temporise la direction. D'ici lundi prochain, le chantier aura normalement pris sa vitesse de croisière.