Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le ministère des Transports exclut toute prolongation de concession d'autoroute en échange de travaux

-
Par France Bleu, France Bleu Paris

Alors que la Sanef demande à l'état de prolonger sa concession sur l'A1 en échange de travaux entre Paris et l'aéroport Charles-de-Gaulle, l'État dit non et ferme la porte à tout plan d'adossement.

Autoroute illustration
Autoroute illustration © AFP - REMY GABALDA

Île-de-France, France

La proposition est jugée "malvenue" par le ministère des Transports. Le cabinet d'Élisabeth Borne ferme ainsi la porte à la demande de la Sanef. La société d'autoroute qui exploite plus de 2000 kilomètres de bitume sur tout le nord du pays, souhaite prolonger la durée de sa concession sur l'Autoroute A1 en échange de travaux sur une partie de la voie. Dans son viseur, les 18 kilomètres entre Paris et l'aéroport Charles-de-Gaulle.

Le ministère exclue tout plan d'adossement

Une pratique connue sous le terme d'adossement. La Sanef s'engage à payer 150 millions d'euros pour rénover le tronçon d'autoroute contre une rallonge de sa concession sur la totalité de l'A1. Ce contrat prend fin en 2031. Le gestionnaire demande une prolongation d'un peu moins d'un an. "Ce n'est pas souhaitable", indique le ministère des Transports qui précise que "la ministre a toujours exclu clairement de recourir à tout plan d’adossement."

Pour tenter de faire pencher la balance, la Sanef mise sur les JO 2024. Une route toute belle pour les Jeux compenserait, en partie, l'absence du Charles de Gaulle Express qui sera finalement livré fin 2025. Un argument qui ne suffit visiblement pas à convaincre le gouvernement.