Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le Modern Express reste à la dérive à 300 kilomètres des côtes

vendredi 29 janvier 2016 à 10:51 Par Yves Maugue, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Gironde, France Bleu La Rochelle et France Bleu

L'opération de remorquage s'avère très difficile à organiser. La marine nationale surveille le cargo en détresse depuis mardi dans le Golfe de Gascogne. Il est essentiellement chargé de bois mais il y a également du carburant à bord.

Le Modern Express est toujours à la dérive dans le Golfe de Gascogne.
Le Modern Express est toujours à la dérive dans le Golfe de Gascogne. - © Marine Nationale

Le cargo Modern Express est toujours à la dérive vendredi, à 300 kilomètres au large de la Rochelle.  Une frégate et un hélicoptère sont arrivés sur zone pour épauler le remorqueur de haute mer l'Abeille Bourbon. Le cargo rempli de bois et donc très lourd est penché sur le côté avec une gite énorme à 50 degrés. L'équipe d'évaluation n'a pas trouvé pour l'instant de solution pour l’amarrer et le remorquer. Les opérations sont coordonnées par la préfecture maritime à Brest Et la situation n'est pas facile à gérer.

Faire monter des spécialistes à bord est nécessaire

Le navire est comme couché sur la mer, presque perpendiculaire, dans des creux de 8 à 10 mètres. Il a été déséquilibré car, a priori, sa cargaison de 3.600 tonnes de bois et de 350 tonnes d'engins publics a bougé dans les cales en raison du roulis. La difficulté consiste à déposer des spécialistes à bord, ce qui est indispensable pour organiser l’amarrage du remorquage. 

On a une grande structure d'acier , comme un mur d'escalade sans prise. Faire monter des personnes à bord est très délicat car il n'y a pas de point d'accroche. — Le capitaine de frégate Louis Xavier Renaut porte parole du préfet maritime

L'équipage a été évacué, hélitreuillé. Le cargo à la dérive se dirige vers les côtes. Il y a également à bord 350 tonnes de carburant et c'est cela qui inquiète le plus les autorités qui espèrent bénéficier de quelques jours avec une météo un peu plus clémente pour trouver une solution.