Transports

Le radar nouvelle génération des gendarmes de la Sarthe

Par David Malle, France Bleu Maine mercredi 21 octobre 2015 à 15:47

Ces radars embarqués nouvelle génération sont reliés à une tablette tactile
Ces radars embarqués nouvelle génération sont reliés à une tablette tactile © Maxppp - Alexandre Marchi - L'Est Républicain

Vous les avez peut-être croisées, sans le savoir. L'Escadron de Sécurité Routière de la Sarthe est désormais équipé de deux ETM, des voitures banalisées équipées de radars embarqués dernier cri. Grande nouveauté: la possibilité de flasher les contrevenants dans les deux sens de circulation.

En apparence, rien ne distingue les deux véhicules de n'importe quelle autre voiture, dans le flux de la circulation. Sauf que, sous la plaque d'immatriculation à l'avant est dissimulé un flash infrarouge. Capable de mesurer les excès de vitesse des voitures dans les deux sens de circulation, il fonctionne en position stationnaire comme en mouvement, y compris dans des  environnements particuliers comme les tunnels.

A l'intérieur du véhicule, un appareil photo haute précision. Les photos très nettes permettent d'identifier le visage de l'automobiliste, rendant plus difficile la contestation de l'infraction. La procédure est entièrement automatisée: chaque dossier est envoyé au centre de traitement à Rennes, qui se charge ensuite d'expédier le courrier au détenteur de la carte grise du véhicule.

Ces deux véhicules ETM (pour Equipement terrain mobile) patrouillent 7 jours sur 7 sur les routes de la Sarthe depuis leur acquisition, respectivement en décembre et juin dernier. Avantage notable pour les gendarmes: la possibilité de réaliser des contrôles de vitesse dans des endroits où des agents postés sur le bord de la route seraient bien trop visibles.

Une expérimentation sur les routes les plus accidentogènes

Mais depuis deux semaines, la Gendarmerie mène aussi une expérimentation: elle avertit sur sa page Facebook des secteurs sur lesquels circulent ses ETM. L'objectif: voir si cela incite les automobilistes à lever le pied et si le nombre d'accident s'en trouve réduit.

"Le but de ces radars, ce n'est pas de faire de l'argent mais bien de la prévention et de la communication", assure Eric Duhen, qui commande l'Escadron départemental de Sécurité routière.