Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le pont de pierre définitivement sans voiture, c'est fait !

jeudi 5 juillet 2018 à 11:15 Par Yves Maugue et Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde

Alain Juppé a annoncé ce jeudi matin la fermeture définitive du pont de pierre aux véhicules à moteur, exceptés les bus, les taxis et les véhicules prioritaires. La mesure était en place de manière expérimentale depuis près d'un an.

Piétons et cyclistes conserveront la priorité sur le pont de pierre
Piétons et cyclistes conserveront la priorité sur le pont de pierre © Radio France - Pierre-Marie Gros

Le maire de Bordeaux n'a pas créé de surprise lors d'un point presse ce matin consacré au pont de pierre. A l'issue d'un ultime comité de pilotage, Alain Juppé a annoncé que la mesure expérimentée depuis le mois d'août dernier de restriction de la circulation des véhicules à moteur serait désormais définitive.  Les voitures ne reviendront donc pas sur le plus vieux pont sur la Garonne de la ville,  laissé désormais aux cyclistes, aux piétons et aux transports en commun. "Il faut sortir des ambiguïtés, a estimé Alain Juppé. C'est une décision qui va faire autant de satisfaits que de mécontents".  Avant de se reprendre : "Je pense quand même qu'elle fera plus de satisfaits que de mécontents".  

L'interdiction, un succès depuis un an

Plusieurs arguments plaidaient en faveur de l'interdiction des véhicules motorisés, que le maire de Bordeaux a énuméré . "Tous les chiffres, tous les comptages montrent que depuis un an, il n"y a pas de dégradation de la circulation, en raison de la fermeture du pont de pierre aux voitures" 

Si la congestion s'aggrave, c'est n'est pas à cause de ça, mais de la Rocade et des travaux en ville. — Alain Juppé

Le maire a pointé le nombre limité selon lui de passage des voitures sur le pont avant l'interdiction, 15 000 soit seulement 3% des franchissements de la Garonne en voiture. "Ce n'était déjà plus une des principales voie d'accès au centre-ville". Autre aspect, le succès de la mesure expérimentée depuis un an auprès des cyclistes et des piétons. Cette semaine, l'association Vélo-Cité a recensé 10 000 cyclistes en une journée et 7 000 piétons. 

"Revenir en arrière aurait été un formidable contre-signal" Alain Juppé

Le président de Bordeaux Métropole met aussi en avant la qualité de l'air, "qui s'est sensiblement améliorée". Enfin, dit-il, "rouvrir le pont de pierre aux voitures aurait été un formidable contre-signal , par rapport à cette évolution qui nous amène à modifier nos comportements".

Alain Juppé reconnaît que la décision n'a pas fait l'unanimité. Les maires de de Floirac, Carbon-Blanc et Ambès ont fait part de leurs réserves. '"Je ne suis pas contre la fermeture aux voitures du pont de pierre, élément de notre patrimoine à préserver, répète Jean-Jacques Puyobrau,  le maire de Floirac, j'aurais simplement souhaité que cela intervienne après l'ouverture du pont Simone Veil".  

"On ne ferme pas un pont quand un autre pont n'est pas à disposition" Jean-Jacques Puyobrau, maire de Floirac

Mais pour le président de la Métropole, les retards pris dans la livraison de ce futur pont, qui ne sera pas mis en service au mieux avant 2021,ne sont pas un argument pour revenir en arrière. "Nous allons d'ailleurs travailler d'arrache-pied pour réduire au maximum ce retard". 

Le maire de Bordeaux en a profité pour annoncer toute une série de mesures qui seront prises à la rentrée pour tenter de fluidifier le trafic dans l'agglomération, comme la mise en place de feux rouges dans plusieurs bretelles, pour essayer de réguler les accès à la Rocade.