Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les forces de police déployées dans les rues de Strasbourg, le 11 décembre 2018

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins trois morts, le tireur en fuite identifié

Transports

Le port de Cherbourg teste le dispositif Frontières Intelligentes

mardi 28 juillet 2015 à 19:17 Par Margot Delpierre, France Bleu Cotentin

Le Conseil européen cherche à rendre plus rapides et fiables les contrôles aux frontières. La France s'est portée volontaire pour tester des dispositifs. A l'embarquement des ferries, au port de Cherbourg, l'un d'eux est expérimenté depuis le 16 juillet dernier.

Eric Clément, capitaine de police, devant le dispositif haute technologie
Eric Clément, capitaine de police, devant le dispositif haute technologie © Radio France

Le Conseil européen teste de nouveaux dispositifs pour être plus efficace aux frontières. Et pas n'importe lesquels : des dispositifs de dernière technologie. La France, ainsi que d'autres pays européens, se sont portés volontaires. Dans l'Hexagone, trois points stratégiques ont été sélectionnés : la gare du Nord à Paris, l'aéroport Charles-de-Gaulle, et enfin le port des ferries de Cherbourg.

Depuis le 16 juillet, les vacanciers qui empruntent le ferry à Cherbourg, direction l'Irlande ou l'Angleterre, l'auront peut-être remarqué. L'un des postes-frontières est un peu particulier. Balisé en vert, logoté "Frontières Intelligentes". "Les touristes restent au volant de leur voiture. Une hôtesse au premier portique leur a déjà expliqué le système, alors s'ils viennent dans la file Frontières Intelligentes c'est qu'ils sont volontaires. Ils doivent signer une autorisation" , explique Eric Clément, capitaine de police.

Une caméra scanne l'iris des voyageurs

La suite, c'est très simple : vous arrivez au volant de votre voiture, vous présentez vos passeports à la police, sauf qu'en plus, on vous demande de tourner la tête pour regarder droit dans les yeux une petite caméra. 

La caméra haute technologie scanne l'iris des voyageurs en haute définition. - Radio France
La caméra haute technologie scanne l'iris des voyageurs en haute définition. © Radio France

Cette machine, technologie dernier cri, scanne le visage et l'iris de la personne en haute définition. Au lieu de prendre votre empreinte de pouce, on prend donc l'empreinte digitale de votre oeil . Ainsi, une photographie de vos deux yeux apparaît sur l'écran du policier qui peut vérifier doublement votre identité. La police aux frontières assure que les données collectées ne sont pas conservées. 

"On sait déjà que le système marche en intérieur, mais on le teste à Cherbourg pour savoir s'il fonctionne aussi en extérieur, malgré des conditions climatiques extrêmes : ici il y a beaucoup de vent, de la pluie.." ajoute Eric Clément. Il dirige le bureau des projets technologiques, à la Police aux frontière, et pilote ce projet. Si le dispositif fonctionne, cela permettrait de fluidifier les contrôles.

Ca ne marche pas encore à tous les coups, mais les voyageurs sont très compréhensifs, et se prêtent volontiers au jeu. "Si ça peut améliorer notre sécurité, et rendre plus rapide notre passage aux frontières, on est pour" , explique Olivier, touriste français.

L'expérimentation continue jusque fin septembre . Ensuite, le Conseil européen choisira le dispositif le plus efficace et le plus adapté. Celui-ci serait peut-être généralisé, à tous les postes-frontières de l'espace Schengen, en 2020.