Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le préfet des Alpes-Maritimes est au chevet des chauffeurs VTC niçois

-
Par , France Bleu Azur

Se dirige-t-on vers une sortie de crise des VTC azuréens ? Rien n'est sûr après la réunion du préfet des Alpes-Maritimes et des chauffeurs VTC ce lundi. Bernard Gonzalez a promis de nouveaux outils de travail et un renforcement des contrôles. Mais les VTC envisagent de bloquer les bureaux de Uber.

Blocage de l'aéroport de Nice par les chauffeurs VTC le 15 mai
Blocage de l'aéroport de Nice par les chauffeurs VTC le 15 mai © Maxppp - Eric Ottino

Alpes-Maritimes, France

Le préfet des Alpes-Maritimes tente d'apaiser la colère des chauffeurs VTC niçois. La semaine passée, ils ont bloqué à deux reprises l'aéroport de Nice Côte d'Azur. Dans leur viseur, leurs collègues venant d'autres départements et qui débarquent sur la Côte d'Azur pour la clientèle du Festival de Cannes et du Grand Prix de Formule 1 de Monaco. Le préfet a donc réuni les syndicalistes et indépendants en préfecture ce lundi. Une deuxième réunion fructueuse pour la CFDT qui déplore tout de même toujours l'absence de sectorisation.

Le préfet déploie un plan anti-VTC non azuréens

Bernard Gonzalez est au chevet des VTC niçois. Après leur deuxième journée de blocage de l'aéroport de Nice ce samedi, le préfet des Alpe-Maritimes a réuni les représentants de la corporation ce lundi après-midi. Lors de cette réunion, il leur a promis de renforcer les contrôles de la répression des fraudes et nouveaux outils de travail comme un QR code à coller sur le macaron des VTC posé sur leur pare-brise. Ce QR code qui une fois flashé par les agents de police "donne toutes les informations au niveau préfectoral et du Ministère des Transports" explique Nabil Debouz, délégué départemental de la CFDT. Concrètement, cela va permettre de voir si le VTC existe sur la base de données de la préfecture, et donc de différencier les vrais VTC des clandestins.

Vers une possible action contre Uber

La CFDT se dit à moitié satisfaite de cette réunion en préfecture. Il faut dire que sa revendication principale reste sans réponse : la sectorisation. Ils déplorent l'arrivée par milliers de VTC d'autres départements sur la Côte d'Azur pendant le Festival de Cannes et le Grand Prix de Formule 1. "Le préfet est de bonne volonté, il a envie de nous aider mais sur certains points il n'a pas les moyens [comme] instaurer la sectorisation, il ne peut pas demander à Uber de le faire" regrette Nabil Debouz.

"Il n'y a que Uber qui peut débloquer la situation ou bien le gouvernement"

La rumeur s'ébruite sur une éventuelle mobilisation des VTC niçois contre Uber. L'objectif serait donc "de peut-être bloquer les bureaux de Uber à Nice pour qu'ils appellent Uber à Paris et lui expriment notre malaise". Nabil Debouz précise que ces VTC souhaitent tout simplement la sectorisation, "on demande qu'ils bloquent l'application qui n'habitent pas dans la région, Alpes-Maritimes et Var, pour que les locaux puissent travailler". 

Mobilisation le 28 mai pour les taxis

Les taxis niçois eux n'étaient pas de la réunion ce mardi. Ils ont bloqué une fois la semaine passée et après avoir été reçus par le préfet vendredi, ils se sont dits satisfaits. Cela dit, ils appellent à une journée de mobilisation le 28 mai. Une mobilisation nationale des syndicats qui dénoncent la future loi mobilité.