Transports

Le prix du carburant pourrait augmenter en Île de France pour financer le passe Navigo

Par Armêl Balogog, France Bleu Paris Région et France Bleu jeudi 29 septembre 2016 à 12:26

Station-service (illustration)
Station-service (illustration) © Maxppp - Philippe Vacher

Le budget prévisionnel de 2017, présenté ce mercredi par le gouvernement, prévoit l'augmentation de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) dans la région francilienne, afin de combler partiellement le déficit du titre de transport à tarif unique.

"Quand on a un besoin d'argent, souvent, le réflexe de nos dirigeants, c'est d'aller le chercher dans la poche des automobilistes", commente Daniel Quero, le président de l'association "40 millions d'automobilistes", avant de trancher : "Mais, les automobilistes commencent à en avoir marre."

Jusqu'à 1,66 et 1,77 centimes sur le prix du litre pour le gazole et l'essence

Le volet du budget n'est pas encore adopté, ni les montants exacts de cette augmentation fixés, et pourtant la proposition fait déjà polémique. La taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) pourrait augmenter en 2017, de sommes allant jusqu'à 1,66 centimes pour le gazole et 1,77 pour l'essence. Et ses recettes seraient ensuite reversées au syndicat des transports de l'Île de France (Stif), dirigé par la présidente de la région, Valérie Pécresse, à hauteur de 100 millions d'euros au maximum - le reste, si l'en est, étant alors reversé à l'Etat.

Cette mesure permettrait de combler un tiers du déficit annuel du passe Navigo à tarif unique (73 euros), que la région évalue à 300 millions d'euros. Elle résulte d'ailleurs d'un accord passé en juin avec l'Etat, pour assurer "un financement pérenne du système de transports franciliens", comme le précise l'Agende France Presse.

L'Opep et l'inquiétude de "40 millions d'automobilistes"

La pratique est habituelle, selon le président de "40 millions d'automobilistes", les taxes sur les autoroutes servant bien à financer des trains inusités. Daniel Quero ne s'énerve pas pour l'instant, dit-il, "c'est encore supportable". Néanmoins, l'inquiétude pointe avec l'accord trouvé ce même mercredi par les pays membres de l'Opep, l'organisation des pays exportateurs de pétrole. Ils ont décidé de baisser leur production afin d'en augmenter les tarifs. Le mécanisme économique est simple : plus rare est le produit, plus élevé est son prix. Une augmentation des tarifs du gazole pourrait concerner jusqu'à 80 % des achats de carburants.

Jusqu'à maintenant la douleur était quasi-acceptable puisque les prix du carburants étaient bas mais si les prix des carburants repartent à la hausse, je pense que là, la douleur sera beaucoup plus aigüe.

"40 millions d'automobilistes" s'inquiète d'une trop grande hausse des prix des carburants

Pour l'instant, le montant exact de la majoration n'est pas encore connu, le Stif a jusqu'au 31 mai 2017 pour le fixer. Le budget 2017 lui n'a pas encore été voté à l'Assemblée nationale. Il est donc encore temps de tout changer, surtout que, si la présidente de la région a été élue il y a moins d'un an, le quinquennat de François Hollande, lui, se termine bientôt.

Il ne faut jamais oublier que 40 millions d'automobilistes, ce sont 40 millions d'électeurs.

Partager sur :