Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le projet des bus-trams de la métropole de Bordeaux est relancé

-
Par , France Bleu Gironde

Le projet des Bus à haut niveau de service (BHNS) de la métropole de Bordeaux a reçu un avis favorable de la commission d'enquête saisie par le tribunal administratif. Les mêmes instances qui avaient retoqué la métropole, plombant de quatre ans la mise en service des BHNS, les repoussant à 2024.

C'est ce modèle de BHNS qui devrait équiper la ligne Bordeaux/St-Aubin-de-Médoc
C'est ce modèle de BHNS qui devrait équiper la ligne Bordeaux/St-Aubin-de-Médoc © Radio France - Pauline Pennanec'h

Bordeaux Métropole pousse un premier ouf de soulagement. Après avoir vu le tribunal administratif retoquer son projet il y a deux ans, la Métropole revient en force avec les Bus à haut niveau de service, les dits "BHNS". Ces bus-trams doivent relier Saint-Aubin-de-Médoc à Bordeaux (en passant par Mérignac, Eysines, Le Haillan, Saint-Médard-en-Jalles et le Taillan-Médoc) "en moins d'une heure pour ce trajet de 21 kilomètres", rappelle Clément Rossignol Puech, le vice-président de la Métropole en charge des mobilités.

Une commission d'enquête vient de rendre un avis favorable concernant ce bus. Cette commission est composée de bénévoles, souvent des anciens fonctionnaires, juristes, juges, ou associatifs nommés par le Tribunal Administratif lui-même. La métropole a renvoyé le même projet ou presque, la seule modification étant que tous les bus-trams seront 100% électriques.

De 100 millions à 160 millions d'euros

"L'électrique a un coût", souligne Clément Rossignol Puech, tout en précisant qu'il n'alourdit la facture que d'une trentaine de millions d'euros. "Mais c'est important car on va considérablement réduire les particules fines qui sont responsables de plus de 40.000 morts en France", justifie-t-il. Ce prix, entre autres, est pourtant l'objet de critiques par un collectif d'habitants bordelais Bordeaux à coeur. Jean-Paul Broustet ne parle pas de gabegie mais s'insurge contre une facture bien trop élevée, "tout comme le nombre de voyageurs présumés qui doivent l'utiliser chaque jour. On nous parle de 50 000 mais quand on leur a demandé de recalculer, ils en sont arrivés à 35 000", avance-t-il.

Ce médecin de formation vit dans la rue de La Croix-Blanche, au coeur du quartier Saint-Seurin. Il dénonce le fait que le passage du BHNS dans son quartier - porte d'entrée dans Bordeaux - va bouleverser sa circulation. "Il va falloir créer un feu alternant car les bus ne vont pas pouvoir se croiser ou alors en faire une voie à sens unique", s'insurge Jean-Paul Broustet avant de pointer un autre problème : "Ils vont aussi supprimer 70 places de stationnement. Comment va-t-on faire ? Ils nous ont proposé de nous garer dans le parking de l'ancienne à 100mètres de là. Ça va être pratique tiens !"

Si la métropole puis la préfète accent le projet, les travaux débuteront en avril prochain pour une mise en service de ces bus-trams en 2024, avec quatre ans de retard sur ce qui était prévu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess