Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Réforme de la SNCF : le projet de loi largement adopté à l'Assemblée en première lecture

mardi 17 avril 2018 à 17:29 Par Viviane Le Guen, France Bleu

L'Assemblée nationale a très largement adopté mardi en première lecture, par 454 voix contre 80, le projet de loi "pour un nouveau pacte ferrovaire", à l'origine du mouvement de grève à la SNCF depuis début avril. Une large majorité de députés LR ont voté pour, les groupes de gauche contre.

SNCF: l'Assemblée adopte très largement la réforme en première lecture
SNCF: l'Assemblée adopte très largement la réforme en première lecture © Maxppp -

Sans surprise, l'Assemblée nationale a très largement adopté mardi en première lecture, par 454 voix contre 80, le projet de loi "pour un nouveau pacte ferroviaire", à l'origine d'un mouvement de grève à la SNCF depuis début avril.

  - Visactu
© Visactu -

Outre la majorité LREM-MoDem, une large majorité des LR mais aussi les élus UDI-Agir ont voté pour, tandis que les trois groupes de gauche - Nouvelle Gauche, communistes et Insoumis -, ont voté contre. 29 députés se sont abstenus. 

"Réforme majeure" versus "agression de classe"

La ministre des Transports, Élisabeth Borne, a salué "une étape décisive". Cette réforme "est indispensable", et à l'issue d'un "débat démocratique riche, tonique" "ceux qui dénonçaient un +passage en force+ en sont pour leurs frais" a-t-elle estimé dans un communiqué transmis à l'AFP.

Ce n'est pas l'avis des syndicats de la SNCF qui appellent les cheminots à la grève ce mercredi 18 avril et ce jeudi 19 avril.

Les élus des trois groupes de gauche ont eux à nouveau dénoncé le texte à l'image du communiste Hubert Wulfranc qui a qualifié la suppression du statut des cheminots pour les nouveaux embauchés "d'agression de classe".

Le socialiste Christophe Bouillon a aussi évoqué une "présomption de privatisation" avec le changement de statut de l'entreprise, et soulevé "l'inquiétude grandissante" pour les "petites lignes", qui "sont sans doute dans le collimateur de Bercy".