Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le projet de Voie Ferrée Centre Europe Atlantique entre Nevers et Chagny sur de bons rails

dimanche 30 juillet 2017 à 3:23 Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne

Le projet va se poursuivre c'est ce que vient de décider le Conseil d'administration de SNCF Réseau, maître d'ouvrage, après le vaste débat public qui s'est achevé au mois de mars dernier.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - DR

Saône-et-Loire, France

Le projet de Voie Ferrée Centre Europe Atlantique va se poursuivre, selon SNCF Réseau, dont le Conseil d'administration s'est réuni ce mercredi 26 juillet 2017. SNCF Réseau, c'est le maître d'ouvrage de la VFCEA. Cette décision intervient après le vaste débat public organisé entre décembre 2016 et mars 2017. Trois mois de discussions et pas moins de 40 réunions publiques auxquelles ont participé 2 200 participants... Sans oublier les 5 400 visiteurs du site internet du débat public. Rappelons que ce projet, colossal, dont on parle depuis des années, porte sur 560 millions d'euros (cofinancés par l'Etat, la Région et l'Europe).

Avant d'électrifier, il va falloir "régénérer" la voie

Très concrètement il s'agissait au départ d'électrifier la ligne Nevers/Chagny, une ligne qui fait 160 kilomètres de long, mais le projet a un peu évolué. Abdelkrim Amoura directeur territorial Bourgogne Franche-Comté pour SNCF Réseau: "le projet initial avait pour vocation l'électrification de cette voie mais le débat a fait ressortir que certes cette électrification est utile pour le fret mais néanmoins elle ne servirait à rien si l'infrastructure n'était pas pérenne. C'est pourquoi aujourd'hui on considère qu'il faut d'abord investir sur la régénération de la voie: le remplacement des traverses, du ballast et du rail pour derrière venir électrifier".

Abdelkrim Amoura directeur territorial Bourgogne Franche-Comté pour SNCF Réseau

Photo d'illustration - Aucun(e)
Photo d'illustration - SNCF

Ce projet porte donc sur 560 millions d'euros mais il reste du chemin à parcourir car pour l'instant "les capacités de financement disponibles s'élèvent à 90 millions d'euros" selon Abdelkrim Amoura. A côté de la modernisation de la ligne Nevers/Chagny, le projet de VFCEA prévoit également le raccordement de cette ligne à la ligne TGV Paris-Lyon à hauteur de la gare TGV du Creusot (mais sur ce point des études complémentaires doivent encore être menées) ainsi qu'une halte d'interconnexion TER-TGV ou encore la suppression d'un passage à niveau à Mesvres en Saône-et-Loire.

Projet de Voie Ferrée Centre Europe Atlantique entre Nevers et Chagny - Aucun(e)
Projet de Voie Ferrée Centre Europe Atlantique entre Nevers et Chagny - SNCF

Le communiqué de la Région Bourgogne-Franche-Comté

Dans un communiqué la Région Bourgogne-Franche-Comté se "félicite de la décision de SNCF Réseau, maître d’ouvrage, de poursuivre aujourd’hui le projet de la Voie Ferrée Centre Europe Atlantique. Pour Michel Neugnot, Premier vice-président de la Région Bourgogne-Franche-Comté : « C’est la confirmation que la VFCEA, inscrite au contrat de plan Etat-Région, va se réaliser successivement avec ses trois fonctionnalités : travaux de modernisation et d’électrification, raccordement TGV/ligne TER et nouvelle gare d’interconnexion. Le fret et le transport voyageurs seront développés grâce à l’électrification et aux travaux de modernisation de la voie. Cela permettra, entre 2019-2021, de diminuer le temps de transport entre Dijon et Nevers pour approcher 2 heures, et de développer le fret sur la liaison Est-Ouest, de Budapest à Saint-Nazaire. Enfin, grâce aux études complémentaires financées dans le cadre de ce contrat de plan, d’être prêt à réaliser le moment venu le raccordement et la nouvelle gare au niveau de Montchanin-Le Creusot.»