Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le réseau de bus à Orléans sera 100% électrique d'ici 2024 : une première en France à l'échelle d'une métropole

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

La nouvelle délégation de service public, qui liera Kéolis à Orléans métropole pour les six prochaines années, prévoit que tous les bus du réseau TAO seront des bus électriques, au plus tard en 2024. Une première en France qui nécessitera 150 millions d'euros d'investissement pour la métropole.

D'ici 2024, 100% des bus circulant sur le réseau TAO seront des bus électriques.
D'ici 2024, 100% des bus circulant sur le réseau TAO seront des bus électriques. - Kéolis

Orléans, France

C'est un virage inédit que vont prendre les bus du réseau TAO ! D'ici 2024, tous les bus seront électriques sur le réseau de transports en commun de la métropole orléanaise. C'est ce que prévoit le nouveau contrat de délégation de service public qui sera voté ce jeudi soir en conseil métropolitain, et qui liera la métropole à l'opérateur Kéolis pour les six prochaines années. "En 2024, on sera la première métropole de France à avoir un réseau de bus intégralement électrique, souligne Bruno Malinverno, vice-président d'Orléans métropole en charge des transports. C'est un signe politique fort, cohérent avec notre objectif de parvenir à une métropole décarbonée."

Dès 2020 pour les lignes 1 et 2

C'est surtout un défi considérable, quand on songe que sur les 182 bus qui circulent actuellement sur les lignes régulières du réseau TAO, seulement 12 sont électriques, avec des premiers tests qui ne remontent qu'à mai 2017 pour les bus standard à grande capacité. Du coup, la transformation du parc de véhicules va s'accompagner d'un changement de propriétaire : ce n'est plus Kéolis qui achètera les bus mais Orléans métropole. Cela représente pour la collectivité un investissement d'environ 150 millions d'euros sur 6 ans. "C'est un gros investissement, reconnaît Bruno Malinverno, mais on le fait sur plusieurs années." Fin 2020, les lignes 1 et 2 seront les premières à être totalement desservies par des bus électriques, les autres suivront jusqu'en 2024. Dès la fin de l'année prochaine, les services de transports à la demande et pour les personnes à mobilité réduite seront également assurés par des véhicules électriques, "on est sur des plus petits véhicules, c'est plus facile à faire."

S'y ajoutera l'aménagement de stations de recharge électrique : la plupart des bus seront rechargés la nuit au dépôt de St Jean-de-Braye - il faut actuellement compter 6 heures - mais des systèmes seront aussi installés en bout de ligne pour des recharges partielles. Explications détaillées à écouter ici :

"C'est un signe politique fort" - Bruno Malinverno

Comment compenser la consommation d'électricité ?

Le revers de la médaille, c'est que la consommation d'électricité va fortement progresser chez TAO...  Et pour compenser cette augmentation, Jean-Philippe Grand, conseiller municipal écologiste d'Orléans, propose que la métropole produise elle-même de l'énergie solaire en installant des panneaux photo-voltaïques sur les bâtiments publics : "En attendant les bus hydrogènes, qui seront écologiquement plus intéressants par rapport à la question des batteries, mais qui n'arriveront que dans 15 ou 20 ans, l'idée des bus électriques me paraît bonne. Mais on doit être en capacité de produire de manière locale et renouvelable l'équivalent de l'électricité qui sera consommée par les bus. Les gymnases, les écoles, les bâtiments municipaux, le potentiel est là pour installer des panneaux photo-voltaïques, au fur et à mesure des achats de bus électriques." Interview disponible ci-dessous :

"La transition écologique suppose aussi la production d'énergie de manière renouvelable et locale" Jean-Philippe Grand

Quoi qu'il en soit, la métropole espère aussi, avec ces bus électriques, attirer de nouveaux usagers. Selon une enquête menée l'an passé par TAO, 97% des utilisateurs de bus électriques estiment en effet que ces véhicules "modernisent l'image du bus". Une image qui avait justement été écornée par la concurrence du tramway...

Choix de la station

France Bleu