Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le second pont sur l'Allier et le contournement de Cournon toujours à l'arrêt

mardi 12 février 2019 à 17:31 Par Emmanuel Moreau, France Bleu Pays d'Auvergne

L'enquête d'utilité publique pour le projet de contournement de Cournon et de deuxième pont sur l'Allier n'est toujours pas lancée. La préfète du Puy-de-Dôme l'a dit ce lundi soir aux élus des communes concernées et aux associations qui réclament la réalisation de ce deuxième pont au plus vite.

Les véhicules au pas le matin à l'entrée de Cournon
Les véhicules au pas le matin à l'entrée de Cournon © Radio France - Emmanuel Moreau

Cournon-d'Auvergne, France

Ils sont ressortis déçus de la préfecture. La réunion organisée ce lundi n'a pas permis d'apporter l'avancée espérée dans ce dossier. Pourtant tout le monde est d'accord pour constater la réalité du problème : la D 212 forme un goulot d'étranglement entre Pérignat-es-Allier et Cournon avec le passage sur le pont qui permet de franchir l'Allier. Tous les jours, entre 15.000 et 17.000 véhicules (dont un millier de camions) passent par là, avec des bouchons interminables matins et soirs. Ils peuvent remonter jusqu'au cœur du bourg de Pérignat, un kilomètre et demi de ralentissement et de 20 à 30 minutes d'attente.

Depuis de nombreuses années, le département du Puy-de-Dôme porte le projet (maîtrise d'ouvrage) d'un contournement de Cournon et de Pérignat, avec un second pont sur l'Allier, qui permettrait de faire sauter ce bouchon. Plusieurs fois, on a cru que c'était bon, avec des annonces que le projet allait bien se réaliser, avant de déchanter.

L'obstacle de l'oppidum

Parmi les différents tracés étudiés, le département préfère le B1. C'est là où ça coince puisque la Direction Régionale des Affaires Culturelle ne veut pas d'une route qui traverse l'ancien oppidum de Gondole ; pas question de passer au milieu de vestiges archéologiques importants. C'est pour cela que la préfète du Puy-de-Dôme a décidé de ne pas ouvrir d'enquête d'utilité publique qui serait de toute façon retoquée.

Aucune autorisation de travaux ne peut être délivrée sous peine de porter atteinte à l’objectif de conservation et de mise en valeur de ce site dont le caractère exemplaire est conforté par une procédure de classement en cours, Communiqué de la préfète du Puy-de-Dôme

Il va donc falloir se mettre d'accord sur un autre tracé, ce qui n'est pas simple dans un secteur extrêmement contraint puisque la vallée sauvage de l'Allier limite les possibilités. Cela va retarder un peu plus la réalisation de ce projet, qui va de report en report. Les automobilistes vont devoir encore patienter dans les bouchons. Et pendant ce temps, le pont, construit en 1959, supporte un trafic qui augmente un peu plus chaque année.