Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le train de nuit Paris/Latour-de-Carol maintenu, celui de Cerbère très menacé

-
Par , France Bleu Roussillon
Latour-de-Carol, France

L'État va se désengager des lignes de nuit, à l'exception du Paris-Toulouse-Latour-de-Carol et du Paris-Briançon, a annoncé ce vendredi le secrétaire d'État aux transports. Les autres liaisons seront ouvertes à la concurrence, voire supprimées.

Un train Intercités
Un train Intercités © Maxppp

Le Secrétaire d’État aux Transports Alain Vidalies a dévoilé ce vendredi matin les choix du gouvernement concernant les trains Intercités, et tout particulièrement ceux de nuit.

"Chaque fois que quelqu’un monte dans un train de nuit, le contribuable paye 100 euros. C’est un modèle économique épuisé." (Alain Vidalies)

Mesure radicale : le gouvernement ne financera plus les trains de nuit, qui représentent 25% du déficit des Intercités, alors qu'ils ne transportent que 3% des passagers.

Sur les huit lignes de nuit, l'Etat fait pourtant deux exceptions : le Paris-Briançon, dans les Alpes, et le Paris-Toulouse-Latour-de-Carol, qui amène les voyageurs de la capitale aux Pyrénées-Orientales. Ces deux lignes resteront sous giron public, car elles sont dites "d’aménagement du territoire" et que le train est la "seule solution de mobilité", indique Alain Vidalies.

Le Paris-Cerbère de nuit privatisé ?

En revanche, le train de nuit Paris-Toulouse-Cerbère ne sera plus financé par l'Etat. Cette ligne là, comme les autres délaissées par le service public, sera ouverte à la concurrence. Les opérateurs intéressés sont invités à se faire connaître avant le 1er juillet. Après cette date, les lignes sur lesquelles il n’y aura pas de proposition jugée satisfaisante seront définitivement supprimées.

Les députés socialistes des Pyrénées-Orientales ont réagi dès ce vendredi après-midi. Pierre Aylagas, Jacques Cresta et Robert Olive estiment que "la ligne Paris-Cerbère doit être maintenue". La présidente du département Hermeline Malherbe se joint au mouvement.

"Nous refusons l’abandon par l’Etat de cette ligne, qui constitue un coup porté à la desserte de nos territoires et à l'attractivité de notre département."

En ce qui concerne les trains Intercités de jour, le gouvernement a choisi de lancer un appel d'offres pour renouveler les trains pour un montant d'1,5 milliard d'euros, et va commander 30 rames supplémentaires à Alstom. Ces équipements seront déployés à partir de 2018.

Depuis 2011, la fréquentation des Intercités, de jour comme de nuit, a baissé de 20% et le déficit devrait dépasser 400 millions d'euros cette année. Il existe 22 lignes Trains d'Equilibre du Territoire (TET) de jour et 8 lignes TET de nuit.

Carte des trains de nuits - Aucun(e)
Carte des trains de nuits - IDE
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu