Transports

Le tram de Clermont-Ferrand : un pneu, beaucoup, à la folie

Par Emmanuel Moreau, France Bleu Pays d'Auvergne jeudi 1 décembre 2016 à 18:35

Le tram de Clermont fête ses 10 ans
Le tram de Clermont fête ses 10 ans © Radio France - Emmanuel Moreau

Le tramway première version a circulé pendant 66 ans dans les rues de Clermont-Ferrand avant de disparaître en mars 1956. Après une éclipse de 50 ans, le nouveau tram clermontois est en service depuis le 13 novembre 2006. Il fête ses dix ans ce week-end.

En matière de tramway, Clermont fait figure de pionnière. A la fin du XIXème siècle, le premier tramway électrique de France circulait de Montferrand à Royat. Et au début du XXIème siècle, la ville choisissait le tram sur pneu, une originalité à l'époque. Nancy et Caen avaient déjà fait le même choix, mais s'en mordent les doigts aujourd'hui. Il faut dire que ces deux villes ont opté pour la technologie développée par Bombardier, un système qui fonctionne mal et qui est abandonné. Caen a déjà décidé de tout changer en 2017 pour passer à un tramway sur rail. Nancy devrait prendre bientôt la même décision.

Le tramway avenue de Royat en 1908 et une vue de la place de Jaude avant la Première guerre mondiale - Aucun(e)
Le tramway avenue de Royat en 1908 et une vue de la place de Jaude avant la Première guerre mondiale - © Wikimedia commons

Clermont-Ferrand a préféré l'autre technologie disponible à l'époque, le Translhor, un tramway fabriqué par Lhor Industrie. Elle a été la première ville où il a circulé. Depuis, il y en a en Italie (Padoue et Venise), en Chine (Tianjin-Teda et Shanghai), en Colombie (Medellin) et enfin en région parisienne (lignes T5 et T6 exploitées par la RATP). La technologie du tram sur pneu ne s'est pas développée autant qu'espéré mais elle fonctionne.

Tram sur pneu ou fer?

Le choix du tram sur pneu de Clermont n'était pas un mauvais choix mais ce n'était peut être pas pour autant le meilleur. Car la ville est liée à un constructeur, le seul à maîtriser sa technologie et à l'avenir incertain malgré sa reprise par Alstom. Pendant ce temps, les tramways sur fer se sont multipliés dans toutes les grandes villes de France et d'Europe. La concurrence est rude entre les constructeurs qui peuvent proposer des modèles de tramways différents tout en cassant les prix. La durée de vie d'un tramway est d'une trentaine d'année, la question de son renouvellement et de son éventuel transfert sur rail se posera donc d'ici là.

L'atelier de maintenance des tramways clermontois - Aucun(e)
L'atelier de maintenance des tramways clermontois - ©SMTC

C'est aussi la question d'un réseau. Car le projet initial clermontois prévoyait une deuxième ligne, qui reprendrait grosso modo le tracé actuel de la ligne B, du stade Michelin à Royat. Cela permettrait de desservir enfin la gare de Clermont, l'oubliée du tramway. Il faut savoir qu'une ligne de tram dessert les lieux les plus fréquentés d'une ville, où le trafic potentiel est important. En général, ce sont l'hôpital, les universités, les quartiers périphériques, le centre-ville et la gare. A Clermont, cette dernière a été sacrifiée pour ne pas multiplier les zigzags.

Un succès populaire

En tout cas depuis 10 ans, le tramway de Clermont-Ferrand a révolutionné la ville. L'objectif de réduire la place de la voiture au profit du transport en commun est atteint. La fréquentation du réseau de la T2C a augmenté de 63% en dix ans, environ la moitié des voyageurs utilisent le tram (65.000 voyageurs par jour). Chaque jour, les 25 rames couleur fleur de lave font 292 aller-retour entre Les Vergnes et La Pardieu. Elles parcourent l'équivalent de 33,5 fois le tour de la Terre.

Le tram en chiffres - Aucun(e)
Le tram en chiffres - © SMTC / Radio France

A lire aussi : Clermont-Ferrand fête les dix ans de son tramway.

Partager sur :