Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les accidents de la route, première cause de mortalité chez les travailleurs

-
Par , France Bleu
France

Les journées de la sécurité routière au travail se tiennent du 17 au 21 mai. Une semaine de sensibilisation des entreprises et des salariés aux dangers de la conduite, première cause de mortalité professionnelle.

Les comportements à risque, comme la vitesse, l'alcool et l'utilisaiton du téléphone au volant ont augmenté chez les salariés en 2020
Les comportements à risque, comme la vitesse, l'alcool et l'utilisaiton du téléphone au volant ont augmenté chez les salariés en 2020 © Maxppp - Odilon Dimier

En 2019, 406 personnes ont été tuées dans un accident lors d'un déplacement lié au travail. Si l'on prend tous les accidents professionnels, mortels ou non, ça représente près de 40% des accidents de la route chaque année, et c'est le principal danger au travail. 

Trois accidents sur quatre lors du trajet domicile-travail

Les trajets professionnels concernent évidemment les transporteurs routiers, les taxis et chauffeurs de bus, les commerciaux, les aides à domiciles, ou encore les artisans, mais aussi tous ceux qui prennent la voiture pour aller et revenir du travail. 

Au-delà des drames humains, les accidents de la route survenus dans ce cadre coûtent 725 millions d'euros par an aux entreprises. Ils représentent 4.1 millions de journées de travail perdues par an, car en moyenne, un accident entraîne 77 jours d'arrêt maladie par victime.

Moins d'accidents mais plus de comportements à risque

Sensibiliser salariés et entreprises est donc primordial, même après l'année 2020, où le nombre d'accidents a radicalement chuté. Les chiffres de la mortalité routière n'ont jamais été aussi bas depuis 1924 : avec les confinements, les Français ont moins pris la voiture, et mathématiquement les accidents ont été moins nombreux. 

Mais c'est surtout valable pour les trajets personnels : les déplacements professionnels, eux, se sont davantage maintenus et la Prévention routière note même une augmentation de certains comportements à risque. Les grands excès de vitesse, ceux de plus de 50 km/h au-dessus de la vitesse autorisée, ont augmenté de 50% pendant le premier confinement, certains conducteurs profitant des routes désertes pour appuyer sur l'accélérateur.

De nouveaux usages qui entraînent des accidents

L'explosion de l'usage du vélo et de la trottinette électrique, qui ont remplacé les transports en commun pour de nombreux salariés, entrainent aussi une hausse des accidents, car les nouveaux usagers ne sont pas forcément informés du code de la route ni conscient des dangers. L'an dernier on a compté un quart d'accidents mortels en plus à vélo, avec des mois de juillet et de septembre très meurtriers.

La sécurité routière propose donc aux entreprises des outils de communication, pour informer les salariés à distance : des affiches avec des phrases choc, des vidéos et des quizz pour tester ses connaissances.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess