Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Le projet de TGV Lyon-Turin

Les anti Lyon-Turin : "On ne peut pas encore fêter la victoire, mais le projet n'a jamais été aussi fragile ! "

samedi 29 septembre 2018 à 21:04 Par Christophe Van Veen, France Bleu Pays de Savoie

Contre une nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin, près de 500 personnes, Français et Italiens, se sont réunis le temps d'un pique-nique festif ce samedi après-midi sur les hauteurs de Modane, à Villarodin-Bourget.

Pique-nique anti-tunnel
Pique-nique anti-tunnel © Radio France - Christophe Van Veen

Villarodin-Bourget, France

Un esprit de résistance. Un vent d'optimisme. Le sentiment que la bataille du rail est gagnée. Voilà ce qui marque entre deux concerts (Christian Olivier le chanteur des Têtes Raides était là) , deux sandwichs au saucisson de montagne et des prises de paroles gonflées par la confiance.  

Pique-nique militant - Radio France
Pique-nique militant © Radio France - Christophe Van Veen

Projet suspendu à la décision de l'Italie

Alberto Perino, figure de proue du combat en Italie, est venu dire à 72 ans pourquoi il continuera "jusqu'à son dernier souffle" à se battre contre "un projet dingue, inutile et onéreux".  L'homme qui bataille depuis 29 ans contre le Lyon-Turin, capable de réunir 20 à 30.000 compagnons de lutte, nous dit que dans le gouvernement actuel, "la Ligue ne fera pas le projet, après avoir étudié les chiffres de manière sérieuse, pas avec de la tricherie. "  L'autre partie de ce gouvernement bicéphale - le Mouvement 5 étoiles - ne défendra pas un tel dossier, l'Italien en est sûr. "La prochaine fois, ce sera plus qu'un pique-nique, ce sera une grande victoire". 

L'abandon de Notre-Dame-des-Landes a donné des ailes aux pourfendeurs des grands projets. 

Alberto Perino  - Radio France
Alberto Perino © Radio France - Christophe Van Veen

Côté Savoie, Chantal Millex , dont la scierie est en train d'être expropriée, ne dit pas autre chose : "Le projet n'a jamais été aussi fragile. Elisabeth Borne, la ministre des transports a clairement dit que le tunnel  ne se fera pas sans les Italiens."

Les lobbys n'ont pas dit leur dernier mot

Après une minute de silence et un dépôt de gerbe devant un monument qui rend hommage aux morts de la pollution atmosphérique en Maurienne et dans la vallée de l'Arve, les élus Italiens et Français font part de leurs certitudes. Mais on remarque l'absence de grands élus de Savoie. Ce manque de soutien institutionnel et politique n'entame pas la détermination des irréductibles Mauriennais.    

En fin de semaine dernière, le Dauphiné Libéré se faisait l'écho d'une note de Réseau Ferré de France qui indiquait que la tunnel actuel était saturé, qu'on ne pouvait donc pas éviter la construction d'un nouveau tunnel, en substance. "Une fois de plus, les lobbys mentent comme ils le font depuis le début" assène Daniel Ibanez l'un des farouches opposants. C'est une crainte partagée, aussi sûrement que les chips dans ce pique-nique : "Les intérêts économiques qui n'ont pas dit leur dernier mot".   

Les élus au diapason - Radio France
Les élus au diapason © Radio France - Christophe Van Veen