Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Les artisans des travaux publics manifestent à Nantes contre la hausse à venir du gazole non routier

-
Par , France Bleu Loire Océan

Une centaine d'artisans des travaux publics ont manifesté à Nantes ce jeudi, pour protester contre la hausse programmée du GNR, le gazole non routier. Ils utilisent ce carburant dans leurs engins, qui leur coûte actuellement 90 centimes d'euros le litre.

Les artisans se sont rassemblés devant la préfecture de Loire-Atlantique.
Les artisans se sont rassemblés devant la préfecture de Loire-Atlantique. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Nantes, France

Grosse pagaille ce jeudi matin dans et autour de Nantes. Des dizaines d'utilitaires et des camions ont perturbé la circulation au départ de Bignon, Saint-Herblain et du nord du périphérique, avant de se retrouver devant la préfecture à Nantes ce jeudi midi. Une mobilisation du secteur des travaux publics, pour protester contre une des dispositions du projet de loi de finance 2020 : la suppression de l'avantage fiscal du GNR, le gazole non routier. Un carburant qui alimente leurs engins au tarif de 90 centimes le litre. Mais le gouvernement veut leur faire payer plus cher, une augmentation d'environ 50 centimes par litre est déjà prévue l'été prochain.

Des milliers d'euros de surcoût pour les entreprises de travaux publics

"Ça représente 50 000 euros de bénéfices nets par an qui vont s'envoler dans cette taxe", explique Nicolas, patron d'une entreprise de travaux publics aux Herbiers et emploie 20 personnes. Sur des engins qui consomment 200 litres de gazole par jour, cela équivaut à 1 000 euros de hausse. "Les petites entreprises ne pourront pas le supporter, la marche est trop haute."

Concurrence déloyale

Autre problème, cette hausse du prix du GNR ne devrait concerner que les travaux publics, pas le secteur maritime ou agricole. Alors même que certains exploitants complètent leur revenu en faisant des petits chantiers. "On va avoir une situation de concurrence déloyale", enchaîne Nicolas. "On aura les mêmes pelleteuses, mais notre carburant à nous sera plus cher. Et ce surcoût, il faudra le répercuter sur le client. A travail égal, il prendra le devis le moins cher."

Les camions des artisans ont bloqué une partie de la circulation près de la préfecture à Nantes. - Radio France
Les camions des artisans ont bloqué une partie de la circulation près de la préfecture à Nantes. © Radio France - Tommy Cattaneo.

La CNATP, la Chambre Nationale des Artisans des Travaux Publics et du Paysage, qui représente les artisans des travaux publics, n'est pas contre la hausse, du moment qu'elle s'applique à tous. "On veut simplement l'égalité", explique Françoise Despret, la présidente. "Nous ne sommes pas contre les agriculteurs, mais il faut que les règles soient les mêmes pour tous. Si cette mesure du projet de loi passe, nous sommes prêts à aller en justice, puisque l'égalité face à la taxe et à l'impôt est un droit."

En attendant, les professionnels du TP veulent mettre la pression sur les élus, et en particulier les députés. Parce que ce sont eux qui décideront ou pas d'adopter définitivement cette mesure du projet de loi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu