Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Les bus d'Alençon se mettent à l'huile de colza

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

C'est dans l'air du temps : trouver une alternative au diesel pour moins polluer. Il existe le tout électrique, le gaz naturel mais aussi l'huile de colza. De l'huile 100% végétal, appelée également le B100. Le réseau de bus Alto, à Alençon, est le premier à le tester en France.

Pour l'instant, seul un bus du réseau Alto roule au colza.
Pour l'instant, seul un bus du réseau Alto roule au colza. © Radio France - Adrien Bossard

Alençon, France

Cela fait désormais une quinzaine de jours qu'une petite révolution se passe à Alençon. Des bus qui roulent à l'huile de colza sont testées dans la commune de l'Orne. Un biocarburant 100% végétal, 100% traçable et 100% renouvelable. La phase d'expérimentation va durer jusqu'à la fin du mois pour savoir si, à terme, toute la flotte pourra rouler au colza. 

Une baisse de 60% des émissions de CO2

Pas de perte de puissance, pas moins chère à l'achat que le gasoil et surtout meilleure pour l'environnement, sur le papier, l'huile de colza présente plein d'avantages. Marc Vandecandelaere en est convaincu, l'huile de colza est le carburant de l'avenir. "Le produit est tracé, depuis le producteur agricole, jusqu'au consommateur finale", explique le directeur commercial d'Avril, l'entreprise qui produit l'Oléo 100, nom qu'elle a donné au biocarburant. 

"Cela nous permet d'une part de montrer que ce produit est extrait des graines de colza, en France, qu'il est transformé à Rouen et qu'il permet de réduire de 60% les émissions de gaz à effet de serre". Voire même un peu plus de réductions de CO2, car toute la flotte de bus d'Alto est hybride.

"Promis, ça ne sent pas la friteuse ou le kebab", Olivier Morvillez, directeur d'Alto

Pour faire le plein, ça marche comme pour l'essence, avec une pompe, reliée à une grande cuve de 20 mètres cubes tout juste installée dans le dépôt de bus. Un investissement nécessaire pour Olivier Morvillez, directeur d'Alto. Cela lui permet de baisser un peu sa consommation de carburant, sans pour autant changer les moteurs de ses sept bus. C'est compatible. Et ça va, il en est sûr, changer la vie des habitants. "Promis, ça ne sent pas la friteuse ou le kebab, promet-il. En fait, ça ne sent rien. L'huile de colza est indolore. Je pense aux piétons et aux cyclistes qui passent derrière un bus, pour eux, ça sera beaucoup plus agréable que de sentir les émanations du gasoil, via le pot d'échappement." 

La cuve où l'huile de colza est déposée est directement reliée à une pompe pour permettre de faire le plein. - Radio France
La cuve où l'huile de colza est déposée est directement reliée à une pompe pour permettre de faire le plein. © Radio France - Adrien Bossard

Si tout se passe bien, toute la flotte d'Alto passera au colza d'ici le mois de janvier.

Choix de la station

France Bleu