Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les bus électriques sont-ils écologiques ?

-
Par , France Bleu Paris

Fini et enterré le diesel ! Désormais, les bus achetés par Ile de France Mobilité sont "écologiques". Une nouvelle commande de véhicule bio gaz a été passée hier. Elle vient compléter une précédente, contractée au printemps avec des bus électriques. Sont ils "propres" pour autant ?

© Radio France - Nathalie Doménégo

A partir de 2020, les franciliens verront peu à peu les nouvelles flottes de bus commandées cette années : Ile de France Mobilité vient de signer un nouveau contrat de 110 millions d'euros pour l'acquisition de 409 véhicules roulant au gaz naturel

Ils viendront compléter la commande du mois d'avril : 800 bus électriques pour un montant de 400 millions d'euros, passée auprès de trois constructeurs à part égale :  Heuliez, Alstom et Bolloré.

Tous ces véhicules sont actuellement présentés à Nantes à l'occasion des 27è Rencontres Nationales des Transports publics. Un salon professionnel destiné aux collectivités où l'on trouve, étalés sur 4 halls, non seulement des constructeurs de bus, mais aussi de métros, tramways, télécabines, ainsi que de vélos conçu pour le libre-service.

© Radio France - Nathalie Doménégo

Outre les mises en avant de leurs dernières innovations : encore plus de luminosité, des écrans de signalétique, un meilleur accès pour les personnes à mobilité réduite qui présente le double "avantage" de transporter encore plus d'usagers debout), les constructeurs mettent en avant le "100% électrique". 

© Radio France - Nathalie Doménégo

Plusieurs formules de bus électriques

Les uns se rechargent la nuit au dépôt. Ils présentent alors l'inconvénient de transporter une batterie capable de tenir toute une journée, et donc très lourde, allant jusqu'à 5 tonnes. D'autres se rechargent en 10 minutes tout au long de la journée à chaque terminus. Les plus performants parviennent même à se recharger lorsque les usagers montent et descendent du bus.

La durée de vie de ces batteries est estimée à environ 7 à 8 ans

. Il s'agit d'une expérimentation puisque ces bus électriques sont nouveaux dans le paysage mondial.  Et qu'allons nous faire, dans ces quelques années, de toutes ces tonnes de batterie ?

Les constructeurs assurent que 80 à 85% sont recyclées. Certains avancent même le chiffre de 98%.  Qu'en est-il réellement ? 

Cacher sous le tapis ce que l'on ne saurait voir...

La loi impose soit le recyclage de 85% du poids d'un autobus hors d'usage (selon la directive 2053 CE) soit la réutilisation de 95% de la masse du véhicule. Ce qui est effectivement respectée, les batteries pouvant resservir dans des usages stationnaires (un usage domestique par exemple) explique Jean-Philippe Pastre, journaliste pour la revue professionnelle Mobilité Magazine.  Et ensuite, après cette seconde vie, que deviennent à nouveau ces batteries ?

Batteries pour un bus électrique
Batteries pour un bus électrique © Maxppp - Marine Legrand

Passé cette seconde vie, la réglementation est nettement moins exigeante :  une autre directive européenne (2006 66 CE) fixe des objectifs de collecte et de traitement des déchets de l'ordre de 50% seulement."Autrement dit, les batteries ne sont recyclées qu'à hauteur de 50% seulement" clarifie Jean-Philippe Pastre.  Que deviennent les 50 autres pourcents restants ? Sont-ils enfouis ? sont-ils exportés ? "Cachez sous le tapis ce que l'on ne saurait voir" répond le journaliste de Mobilité. 

Autre question, cette fois en amont de la chaîne, concernant la fourniture de l’électricité : Si professionnels et particuliers passaient tous à l'électrique, comment fournir cette quantité d'électricité supplémentaire ? Pour l'heure il n'en est pas question rassure Pierre Cossard, directeur du magazine Mobilité : l'industrie automobile ne pourrait satisfaire une telle demande d'une part. D'autre part certains véhicules ne peuvent fonctionner autrement qu'avec un moteur thermique (les camions, les semi-remorques, par exemple). Mais en imaginant que nous passions tous demain au moteur électrique, Pierre Cossard reconnait qu'il faudrait alors construire entre 3 et 5 centrales nucléaires supplémentaires

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu