Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Les bus et les trams au ralenti jeudi dans la métropole orléanaise

mercredi 5 septembre 2018 à 19:23 Par Eric Normand et François Guéroult, France Bleu Orléans

Le réseau TAO est touché par un mouvement de grève dans la Métropole d'Orléans, le trafic est impacté. Seule la ligne A du tramway fonctionne normalement. Le mouvement est bien suivi et cela faisait longtemps qu'on n'avait pas connu une telle mobilisation sur le réseau orléanais.

Grève dans le réseau de tram et de bus à Orléans Métropole
Grève dans le réseau de tram et de bus à Orléans Métropole © Radio France - Anne Oger

Orléans, France

Le réseau TAO est touché par un mouvement de grève, le trafic dans la Métropole d'Orléans connaîtra des perturbations tout au long de cette journée de jeudi. Seule la ligne A du tramway fonctionne normalement. La ligne B du tram et les principales lignes de bus - 1 à 7 - ne circulent qu'à 75%. Ce sera seulement entre 25% et 50% de trafic assuré sur les autres itinéraires - et même zéro bus sur 9 lignes.

Un important taux de grévistes 

153 conducteurs du réseau TAO sont en grève, soit un taux de gréviste de 50% ce jeudi et 30% l'après-midi selon les chiffres de la direction : il n'y avait pas eu une telle mobilisation depuis novembre 2014. Mais le conflit couve en fait depuis des mois : régulièrement, les syndicats dénoncent une dégradation des conditions de travail - avec notamment un calcul des temps de parcours trop courts, ce qui empiète sur les temps de pause, comme l'expliquait cet été sur France Bleu Orléans, Sébastien Planchin, délégué chez SUD, "généralement, on arrive au terminus et le conducteur ou la conductrice repart aussitôt. Donc ils ne prennent même pas le soin d'aller aux toilettes, et puis certains cumulent des heures, ils travaillent de 7 heures du matin à 20 heures. Il y a beaucoup de stress. C'est récurrent, ça fait un peu plus d'un an que ça dure. Et c'est vrai que les salariés n'en peuvent plus." 

Un climat social délétère selon les syndicats

Dans leur tract, les syndicats mentionnent aussi le climat social délétère et le management toxique imposé par la direction, "je suis étonné dans la mesure où cette année a été riche en discussions sociales," Fabrice Mayer, le directeur de Kéolis Orléans qui gère le réseau, ne comprend pas cette grève. "Nous avons signé avec quasiment la totalité des syndicats trois accords d'entreprise majeurs, sur les salaires mais aussi sur l'ambiance sociale et l'intéressement. Il y a toujours des négociations sur certains temps de parcours pour lesquels nous avons pris des engagements pour cet automne." 

C'est une négociation qui nécessite beaucoup de temps et qui ne peut pas se faire en quelques minutes. Non, le climat n'est pas délétère, les relations sociales fonctionnent normalement - Fabrice Mayer, directeur de Kéolis Orléans

Les grévistes vont défiler ce jeudi matin, départ à 7h30 depuis le dépôt de St Jean-de-Braye pour se rendre au siège de la Métropole, vers 9h, en passant par le faubourg de Bourgogne. Ils demandent à être reçus par Olivier Carré, le président d'Orléans métropole. Le détail du trafic, ligne par ligne, est à retrouver sur le site Internet de TAO.