Transports

Les "Bus Macron" en Creuse, c'est déjà fini !

Par Maxime Tellier, France Bleu Creuse et France Bleu lundi 5 septembre 2016 à 19:16

Un car Flixbus à Guéret, une scène qu'on ne reverra pas avant le printemps 2017
Un car Flixbus à Guéret, une scène qu'on ne reverra pas avant le printemps 2017 © Radio France - Tanguy Bocconi

Flixbus était la seule compagnie de bus à s'être lancée en Creuse après le vote de la loi Macron. Elle proposait un arrêt à Guéret sur la ligne Bordeaux - Lyon depuis 6 mois mais il n'est "pas assez rentable", explique la société, qui promet de revenir au printemps.

Les Creusois n'auront pas profité longtemps des fameux bus Macron qui roulent sur les routes de France depuis 1 an. Une seule société, Flixbus, s'était lancée au mois de mars 2016. Elle proposait des trajets à des prix défiant toute concurrence : 9 euros l'aller simple pour un Guéret - Bordeaux. Mais après 6 mois d'exploitation, machine arrière toute ! La ligne ne sera pas assez rentable pendant l'hiver, explique Pierre Gourdin, le directeur général de Flixbus, qui a décidé de suspendre aussi l'arrêt de Montluçon depuis le 4 septembre.

La compagnie aux bus verts annonçait pourtant un taux de remplissage de 50% cet été sur la ligne Bordeaux - Lyon avec 1.500 passagers ayant emprunté un bus au départ de Guéret en 6 mois. Mais si la ligne a très bien marché pendant l'été, le nombre de voyageurs s'annonce insuffisant pour cet hiver : "en dessous du seuil de rentabilité", précise Pierre Gourdin, "on constatait une chute très abrupte des réservations pour le mois de septembre. Dans ces cas là, on prend les cars pour les mettre ailleurs, là où ils seront mieux utilisés."

Flixbus promet de revenir à Guéret au printemps

"Mais ça ne veut pas dire qu'on va arrêter de rouler à Guéret", promet le directeur, "ça veut juste dire que pendant la saison basse, pour cette année, il n'y aura pas de car. C'est une petite ville où les bus marchent très bien mais Guéret est un peu trop petite et un peu trop en dehors des grands axes de transport", explique Pierre Gourdin qui fait des promesses pour l'avenir, "je m'engage au nom de Flixbus à rouvrir la ligne au printemps prochain. On recule pour mieux sauter mais on a quand même un impératif de rentabilité, on n'est pas subventionné. Cette suspension, c'est une conséquence de notre modèle économique."

Pendant l'hiver, les clients de Flixbus devront donc trouver un nouveau moyen de transport et faire avec les méthodes de communication de la société, qui n'a pas jugé bon de les prévenir avant de suspendre les arrêts de Guéret et de Montluçon. Parfois présentés comme une alternative aux ligne de train Intercités, les "bus Macron" démontrent avec cet exemple qu'ils répondent à des impératifs bien différents du service public...

L'arrêt Guéret n'aurait pas été rentable cet hiver, explique le directeur de Flixbus, qui promet de revenir au printemps