Transports

Beaune-lès-Mines : premiers ravitaillements au gaz pour les poids-lourds GNL

Par Tescher Léo, France Bleu Limousin jeudi 5 octobre 2017 à 20:08

La station-service de Beaune-lès-Mine s'est équipée d'une cuve de 13m de haut pour pouvoir distribuer du GNL.
La station-service de Beaune-lès-Mine s'est équipée d'une cuve de 13m de haut pour pouvoir distribuer du GNL. © Radio France - Léo Tescher

C'est une première en France : du gaz naturel est disponible à la station-service autoroutière de Beaune-lès-Mines, sur l'A20 au nord de Limoges. Une vingtaine de camions GNL, alternative au diesel, y défilent déjà quotidiennement.

Moins polluant, plus performant et rentable, les poids lourds abandonnent progressivement le diesel pour la gaz naturel liquéfié (GNL). Pour se ravitailler, les transporteurs ont investi dans des cuves privées. Il existe également des dizaines de stations-services ouvertes au public mais jusqu'ici, pas sur les autoroutes. La première à être équipée de la sorte par Primagaz est donc la station Avia de l'aire de Beaune-lès-Mines sur l'A20.

On consomme moins d'énergie pour la même distance. Les rejets de CO2 diminuent eux de 20%, ce qui s'inscrit dans la lutte contre le réchauffement climatique. Et comparé au diesel, le GNL diminue également de 95% les échappements de particules fines et d'oxydes d'azote responsables de cancers et de crises d'asthme". Gino Vansteenhuyse, directeur commercial de Primagaz

Le choix de Beaune-lès-Mines s'est fait par stratégie. L'aire d'autoroute est effectivement à la croisée des chemins. L'A20 mène à Paris et cette portion au nord de Limoges est également emprunté d'Ouest en Est. Et puis c'est aussi le choix du cœur puisque cette station n'est située qu'à une cinquantaine de kilomètres du siège social du gérant d'Avia dans l'ouest de la France : la société creusoise Picoty, à La Souterraine.

Du gaz pour pouvoir entrer dans les villes

Après la Haute-Vienne, Avia France prévoit une vingtaine d'ouverture de stations gaz autoroutières d'ici 2020. Chaque installation coûte plus d'un million d'euros. Trois sont déjà en construction à Montauban, Montélimar et Lyon. La Rochelle et Cholet suivront. Un maillage du territoire encouragé par une directive européenne sur les alternatives à l'essence qui prévoit d'installer une station tous les 400 kilomètres. Les villes françaises vont aussi dans ce sens. Pour lutter contre la pollution, d'ici 2020, plusieurs d'entre elles interdiront l'entrée aux poids lourds roulant au diesel.

Un carburant à -170°C

Le seul inconvénient peut-être du gaz naturel, c'est que pour le liquéfier et le stocker, il faut d'abord le réfrigérer. Cela se fait à une température de -170 degrés ! Faire le plein nécessite donc un équipement particulier : une visière et des gants de protection pour ne pas se brûler. À part cela, se ravitailler se fait aussi rapidement qu'avec de l'essence et le litre ne coûte aujourd'hui que 1,14 euro. Une fois le plein fait, un camion peut rouler jusqu'à 1 500 kilomètres.

Un pistolet différent de celui utilisé pour l'essence. - Radio France
Un pistolet différent de celui utilisé pour l'essence. © Radio France - Léo Tescher

En plus des quarante camions qui défileront à Beaune-lès-Mines d'ici la fin de l'année, il faut donc s'attendre à voir également défiler des voitures venues d'Allemagne. Outre-Rhin plus qu'en France, les particuliers roulent effectivement déjà au gaz naturel.

Reportage radio sur la station gaz de Beaune-lès-Mines