Transports

Après la manifestations des autocars, une réunion "pas très fructueuse" entre les professionnels et la mairie de Paris

Par Viviane Le Guen, France Bleu Paris et France Bleu lundi 19 décembre 2016 à 16:57 Mis à jour le mardi 20 décembre 2016 à 21:39

Plus de 400 autocars ont manifesté ce mardi à Paris
Plus de 400 autocars ont manifesté ce mardi à Paris © Radio France - Fanny Lechevestrier

Près de 400 autocars ont manifesté, mardi, place de la Nation à Paris. Les professionnels protestent contre la politique de la mairie en matière de diesel et de stationnement. En fin d'après-midi, ils ont été reçus par la mairie de Paris. Une réunion "pas très fructueuse", selon les autocaristes.

Après la manifestation qui a réuni près de 400 autocars venus de toute la France mardi, à Paris, les professionnels ont été reçus par la mairie de la capitale en fin d'après-midi. Ils dénoncent la volonté de la mairie de Paris de bannir le diesel de la capitale en 2020, mais aussi la hausse des prix pour le stationnement des autocars le 2 janvier prochain.

Une réunion qui n'a pas vraiment fait bouger les choses

La Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV), principal organisateur du mouvement, a été reçue en fin d'après-midi avec l'Unostra et l'OTRE, deux autres fédérations professionnelles, par l'adjoint chargé du Tourisme à la mairie de Paris, Jean-François Martins. "Ce n'était pas une réunion très fructueuse, mais ils ont pris conscience que l'offre industrielle de motorisation n'offre pas une réponse suffisante aujourd'hui", a déclaré Michel Seyt, le président de la FNTV à l'issue de la rencontre. "Un délai de six mois est ouvert pour trouver une réponse appropriée" pour les véhicules diesel les moins polluants, a-t-il ajouté. Jean-François Martins a indiqué de son côté à l'AFP avoir réaffirmé lors de la rencontre qu'il n'y avait, pour la Ville, après 2020, "pas d'autre cap et d'horizon possible que la sortie du diesel, pour des raisons environnementales comme sanitaires". "Nous allons regarder avec eux comment on les met en situation de pouvoir remplir l'objectif" de fin du diesel, a-t-il ajouté en affirmant que Paris, les villes et les autocaristes eux-mêmes "peuvent mettre la pression sur les constructeurs pour que les solutions technologiques avancent".

Près de 400 autocars mobilisés

Près de 400 autocars, venus de région parisienne mais aussi de province, se sont déplacés à Paris, pour manifester leur colère. Ils ont quitté la place de la Nation peu après 9h30, en file indienne, direction le boulevard périphérique intérieur puis l'Ecole Militaire, dans le VIIe arrondissement.

Un des slogans affichés sur les cars ce mardi, à Paris - Radio France
Un des slogans affichés sur les cars ce mardi, à Paris © Radio France - Fanny Lechevestrier
L'une des banderoles que l'on pouvait lire sur les cars ce mardi - Radio France
L'une des banderoles que l'on pouvait lire sur les cars ce mardi © Radio France - Fanny Lechevestrier

Selon l'Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE) "les investissements nécessaires pour rendre les véhicules toujours plus efficaces énergétiquement nécessitent du temps. Or l'échéance fixée à 2020 est totalement irréaliste et économiquement irresponsable". La mairie de Paris a accepté de recevoir une délégation en fin d'après-midi : elle sera accueillie par Jean-François Martins, adjoint en charge du tourisme. Ce midi, ce dernier avait indiqué "ne pas transiger sur le diesel", "une urgence sanitaire et écologique" mais être prêt à négocier sur la grille de tarification du stationnement.

"Sans autocar, pas de groupe de touristes"

Les autocaristes demandent également à la mairie de Paris d'annuler "la hausse des prix du stationnement dès le 1er janvier 2017". Selon les organisations professionnelles, cette mesure pourrait contraindre les plus petites entreprises à mettre la clef sous la porte. La municipalité propose "éventuellement des ajustements mais à recettes constantes pour la ville". Insuffisant pour la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV) qui rappelle que "sans autocar", il n'y a "pas de groupe de touristes".

Selon la mairie de Paris, près de 1.500 autocars circulent quotidiennement dans les rues de la capitale. La majorité de ces véhicules roulent au diesel. La Ville a mis en place des tarifs de stationnement plus avantageux pour les autocars plus propres, notamment ceux qui respectent la nouvelle norme, Euro 6.