Transports

Tours : les contrôleurs du réseau fil bleu ont distribué près de 15.000 PV pour fraude en 2015

Par Boris Compain, France Bleu Touraine dimanche 24 janvier 2016 à 18:22

Les tourangeaux fraudent plus dans le tram que dans le bus
Les tourangeaux fraudent plus dans le tram que dans le bus - CC by Cramos / Wikimedia

Malgré tout, avec "seulement" 6,6% de voyageurs sans billets, le réseau de transports de l'agglomération tourangelle est un des mieux lotis de France. La fraude dépasse à peine les 4% dans les bus. En revanche, près de 10% des voyageurs du tramway se déplacent sans titre de transports.

Les contrôleurs travaillent toujours en équipe de quatre ou de huit. Question de sécurité, et d'efficacité aussi, puisqu'il y a six portes dans un tram. Cela fait beaucoup d'entrées et de sorties possibles, et les fraudeurs l'ont bien compris...

"On esquive les contrôleurs"

Il n'y a pas de profil-type du fraudeur : il y a des jeunes, des personnes âgées, des distraits qui ont oublié d'acheter un billet, des revendicatifs qui n'en prennent jamais, par principe. Vincent Buon est responsable de la lutte contre la fraude chez fil bleu

"On a de tout, du plus jeune au plus vieux"

Le Tramway de Tours - Aucun(e)
Le Tramway de Tours - CC by Jules 78120 / Wikimedia

Le PV est à 51 euros, 39, s'il est payé immédiatement

Quelques dizaines de fois par an, des contrôleurs sont victimes d'insultes, de crachats, ou de bousculades, mais les incidents sont rares, même si Stéphane concède que parfois, le ton monte un peu...

"c'est à nous de garder notre calme"

Pour surprendre les fraudeurs,  il y a des actions coup de poing : ces contrôles renforcés qui mobilisent jusqu'à 45 personnes au même endroit, une ou deux fois par mois, pendant 1 heure, ou une heure et demi. Là, impossible d'entrer ou sortir d'une rame sans billet, comme l'explique Vincent Buon.

"Personne ne peut échapper au controle, lors des opérations renforcées"

L'objectif est de transformer le fraudeur en client

Depuis août dernier, le PV peut être annulé, si le voyageur achète dans les six jours suivants un abonnement de deux mois. En revanche, si le PV n'est pas réglé dans les deux mois, il est transmis au trésor public, et son montant passe alors de 51 à 180 euros. Enfin, la sanction est plus sévère pour les récidivistes : une plainte est systématiquement déposée contre tous les fraudeurs qui cumulent plus de 10 PV en un an.