Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Les écologistes du Bassin d'Arcachon opposés à la construction d'une nouvelle route entre Arès et Biganos

vendredi 29 juin 2018 à 4:06 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde

Faut-il construire une nouvelle route entre Arès et Biganos pour désengorger la circulation sur le Bassin d'Arcachon ? Le Conseil départemental de Gironde a présenté des plans en mai dernier. Pour les écologistes, c'est non. Eux, préfèrent un transport en commun en site propre : bus ou tram-train.

L'un des tracé proposé par le Département dans la concertation
L'un des tracé proposé par le Département dans la concertation © Radio France - Département de la Gironde

Arès, France

Une nouvelle route dans les terres pour éviter les bouchons de la RD3 : on en parle depuis près de 30 ans mais cette fois-ci le Conseil départemental de Gironde a fait des propositions. La collectivité a mis sur la table un projet avec trois scénarios dont deux prévoient la construction d'un nouvel axe. Le plan de déplacement pour le Nord Bassin est soumis à la population depuis la mi-mai. 

La concertation préalable prendra fin ce vendredi soir lors d'une réunion de clôture à Arès (18h30 salle Brémontier). Les écologistes ont fait part de leur opposition à la route. Ils demandent la mise en place d'un transport en commun en site propre.

Halte au bitume explique Françoise Branger, présidente de l'association Bassin d'Arcachon Ecologie.

Je ne suis pas ingénieure mais je suis certaine qu'un transport en commun en site propre est réalisable. La route est une non-solution qui appartient au passé. Ça va multiplier l'urbanisation et les nuisances pour l'environnement. — Françoise Branger

C'est Alain Renard, vice-président du département en charge des infrastructures routières qui est chargé de la concertation. Il dit entendre les interrogations des écologistes mais estime aussi que les opposants ont mal lu le projet et les trois scénarios envisagés.

Pour chaque scénario on envisage des modes de déplacements alternatifs. On conçoit les déplacements dans leur globalité : route, bus, train, vélo, piétons... Nous avons toujours dit que la route n'était pas la réponse unique aux problèmes de mobilité du Nord Bassin. — Alain Renard

Le département n'a pas arrêté de calendrier dans ce dossier mais si une route doit être construite ce ne sera pas avant 2025.