Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les gares françaises pas suffisamment financées par l'Etat, estime la Cour des comptes

-
Par , France Bleu

Selon un rapport de la Cour des comptes rendu public ce mardi, l'Etat ne finance pas suffisamment les gares françaises. L'institution pointe un système trop complexe et une qualité de service à améliorer.

L'Etat ne finance pas suffisamment les gares de France, selon la Cour des comptes
L'Etat ne finance pas suffisamment les gares de France, selon la Cour des comptes © AFP - Rosine Mazin / Mazin Rosine

Les gares françaises ne sont pas assez choyées par l'Etat. C'est ce que pointe du doigt la Cour des comptes dans un rapport rendu public ce mardi. L'institution estime que les 3.017 gares du pays ne sont pas suffisamment financées par les pouvoirs publics. La Cour pointe "une offre de services mal définie et une qualité de service à améliorer", "un modèle économique complexe et peu lisible pour les transporteurs" et "des ressources insuffisantes au regard des besoins d'investissements".

Devenue société anonyme en janvier 2020, Gares et Connexions, branche de la SCNF, exploite les infrastructures de France. Mais le financement de ces gares est trop complexe, selon la Cour des comptes, avec notamment des taris qui ne sont pas fixés en fonction de la fréquentation ; des gares qui n'exploitent pas directement les commerces qui y sont installés ; ou encore des transporteurs qui récupèrent la moitié de certains bénéfices, alors que l'entreprise absorbe les déficits. Gares et Connexions se trouve dans "une impasse financière qui appelle une réaction de l'Etat" estime la Cour. Résultat, les recettes sont insuffisantes et ne permettent qu'un entretien minimal des bâtiments. Alors que certains sont classés monument historique, la Cour estime que l'Etat ne les finance pas suffisamment. 

Un modèle économique qui souffre de faiblesses 

Gares et Connexions tire ses revenus des redevances versées par les compagnies ferroviaires - essentiellement SNCF Voyageurs - et des concessions commerciales. "En principe, ce modèle économique doit permettre à l'entreprise de couvrir ses coûts d'exploitation et de dégager une marge opérationnelle pour financer les investissements en gare. Cependant, il souffre de plusieurs faiblesses qui nuisent à on efficacité" pointent les sages de la rue Cambon. 

La Cour des comptes préconise une réforme du système de redevances "pour améliorer la capacité d'autofinancement du gestionnaires des gares". Elle demande surtout une augmentation des subventions de l'Etat, notamment pour l'entretient des bâtiments historiques, d'autant que les besoins ont plus augmenté que les ressources avec l'intégration l'an dernier des quais, passerelles et grandes halles voyageurs précédemment gérés par SNCF Réseau. 

"Aujourd'hui, l'Etat ne prend pas en charge le financement d'obligations dont il est pourtant responsable, pour un patrimoine qui lui appartient et dont Gares et Connexions n'est qu'affectataire" estime-t-elle. "La question du financement des investissements en gares doit aussi s'inscrire dans une réflexion de l'ensemble des parties prenantes sur l'avenir des gares et de leur développement" dans leur environnement, ajoute-t-elle. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess