Transports

Les habitués du TER Sablé – Le Mans ne veulent pas des nouveaux horaires

Par Bertrand Hochet, France Bleu Maine vendredi 28 avril 2017 à 17:42

Le "pique-nique revendicatif" était organisé en gare du Mans.
Le "pique-nique revendicatif" était organisé en gare du Mans. © Radio France - Bertrand Hochet

Les voyageurs de la ligne de TER n°21 restent mobilisés contre les nouveaux horaires qui doivent entrer en vigueur le 2 juillet prochain. Une trentaine d'entre eux ont à nouveaux manifesté ce vendredi. Ils demandent à la SNCF et à la Région de revoir leur copie

« Touche pas à mes horaires ». L’autocollant blanc figure en bonne place sur les vêtements des manifestants, ce vendredi, en gare du Mans. Après une pétition qui a rassemblé plus de 2.000 signatures, après un premier rassemblement, le 7 avril, ces personnes qui prennent le train chaque jour pour venir travailler au Mans ont à nouveau dit leur colère contre les nouveaux horaires qui doivent être mis en place début juillet. A cause de l’entrée en service de la nouvelle ligne de TGV Paris – Bretagne, la SNCF et la Région Pays de la Loire ont prévu de faire passer certains trains plus tôt le matin et de n'en mettre plus qu'un par heure le soir au lieu d'un toutes les demi-heures actuellement.

VOIR: un simulateur en ligne visualiser les nouveaux horaires du TER

Stéphanie, une habitante de Noyen qui travaille dans le quartier des Maillets au Mans dénonce un casse-tête d’organisation : « le train que je prends le matin va être décalé d’environ 20 minutes. Il ne me fera plus arriver à 8h40 mais à 8h58. Et ce sera trop tard pour prendre mon poste, au travail. La solution serait de monter dans le train précédent mais ça me ferait partir beaucoup trop tôt de chez moi et, pour mes enfants, l’accueil périscolaire ne serait pas ouvert ! ». Un autre père de famille, François (qui habite à Chemiré-le-Gaudin et qui prend le train à La Suze), a calculé que les élèves seraient contraints de patienter matin et soir. « Mon fils qui sort à une heure ronde de son lycée sera obligé d’attendre trois quarts d’heure », détaille le Sarthois. « Ce n’est pas rassurant pour nous parents de savoir que tous les matins les jeunes vont attendre devant leur lycée et tous les soirs devant la gare ».

Reprendre la voiture

Gilles qui vient au Mans de Noyen avec ses enfants ne voit pas d’autre solution que de reprendre la voiture si la SNCF ne fait pas marche arrière. Mais ça ne l’enchante guère. « Les enfants ne pourraient plus être à l’heure en cours », explique-t-il. « Et moi, au travail, je n’ai pas de stationnement. Je ne sais pas où je pourrai garer mon véhicule, d’autant que les parkings sont payants ». A ce jour, ni la SNCF ni la Région n’ont apporté de réponse aux usagers de cette ligne de TER n°21 (Nantes – Angers – Le Mans).