Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Transports

Les lignes TER de Creuse plus que jamais menacées par le rapport sur l'avenir de la SNCF

dimanche 18 février 2018 à 15:05 Par Marc Bertrand, France Bleu Creuse

Trop chères, nos petites lignes ? Le rapport sur l'avenir du réseau ferroviaire remis la semaine dernière au gouvernement cible en tout cas de façon implicite les lignes TER du département. Syndicats, élus et usagers s'en inquiètent : explications.

Le TER Vierzon-Limoges, vendredi en gare de La Souterraine.
Le TER Vierzon-Limoges, vendredi en gare de La Souterraine. © Radio France - Marc Bertrand

Creuse, France

Guéret-Felletin, Guéret-Montluçon, Guéret-Limoges... les liaisons TER de la Creuse, déjà réduites à portion congrue ces dernières années, pourraient disparaître presque totalement, remplacées par des cars de sociétés privées. C'est déjà le cas sur certaines liaisons en Creuse.

Le service public, je veux bien, mais quand il n'y a pas de public ?" - Jean-Cyril Spinetta

Le rapport remis au gouvernement jeudi par Jean-Cyril Spinetta, ex-patron d'Air France, est on ne peut plus clair : les petites lignes TER peu fréquentées sont "obsolètes", "héritées d'un temps révolu", elles transportent 2% des voyageurs pour 16% de l'argent consacré au ferroviaire.

Chaque km parcouru par voyageur coûte 1€ à la collectivité

Ces lignes sont, en plus, selon le rapport, en mauvais état. Plutôt que de les moderniser au prix fort, le rapport préconise de retirer les financements de l'État les moins fréquentées pour "réaffecter l'argent là où les besoins s'expriment, c'est-à-dire les grandes agglomérations".

Les régions sont prêtes à prendre leurs responsabilités, mais pas à n'importe quel prix" - L'association des régions de France

L'État pourrait donc se désengager complètement des petites lignes TER déficitaires, laissant les régions libres de les sauver si elles souhaitent y mettre le prix. A la place des trains, on ferait circuler des autocars, comme c'est déjà le cas en creuse sur plusieurs liaisons. 

Les cars de société privées, c'est l'avenir ?

La ligne Guéret-La Souterraine, autrefois ligne TER, est exploitée par Europ Voyages, une société de cars privée depuis 2 ans et le désengagement de la SNCF.  Une autre solution consisterait à ouvrir à la concurrence le transport de voyageurs sur les petites lignes. 

"La société de cars Turet par exemple, si elle décide de faire du TER, c'est possible puisque les rames appartiennent à la région. Mais elle ne viendra pas si ce n'est pas rentable", explique Hélène Canet, responsable syndicale CGT des cheminots de la Creuse

Orléans-Limoges, il y a des abonnés de travail, c'est un TER qui fonctionne bien, la région le gardera sans doute" - Hélène Canet de la CGT

"Le voyageur doit s'adapter. C'est un mot qu'on entend beaucoup ces derniers temps à la SNCF", fait remarquer la syndicaliste. Du côté de Matignon, les services du Premier ministre ont indiqué jeudi qu'"aucune décision ne sera engagée sans discussion étroite avec les régions et les territoires".