Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les livreurs à scooter interdits de circuler en centre-ville de Nantes, les restaurateurs mécontents

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Depuis ce lundi 8 mars, un arrêté municipal interdit les zones piétonnes de Nantes aux scooters à moteur thermique de 11H30 à 7H30. Une décision prise par la mairie après les plaintes de riverains, et qui vise directement les livreurs de repas. Certains restaurateurs déplorent cette mesure.

Manifestation de livreurs de repas à scooter le 8 mars 2021 à Nantes.
Manifestation de livreurs de repas à scooter le 8 mars 2021 à Nantes. © Maxppp - Franck Dubray

Depuis lundi 8 mars, les conducteurs de scooters à moteur thermique ont interdiction de circuler dans les zones piétonnes de Nantes entre 11H30 et 7H30 du matin. Cela concerne non seulement l'hyper-centre, de la place de Bretagne au cours du Champ de Mars, mais également le secteur du parc des chantiers, sur l'île de Nantes. 

Un impact sur le chiffre d'affaires

La décision a été prise par la mairie suite aux plaintes de certains riverains, et vise directement les livreurs de repas. Beaucoup sont passés du vélo au scooter pour apporter les commandes plus vite et plus loin avec le couvre-feu. Et de nombreux restaurateurs comptent sur ces livraisons pour passer le cap de la crise sanitaire. "On est complètement dépendant des plateformes comme Uber Eats ou Deliveroo, admet Stéphane Lubert en mimant ses poings liés. Si les livreurs ne peuvent plus travailler correctement, nous non plus."

Le gérant de ce restaurant italien, situé dans l'hyper-centre, se dit "inquiet" des répercussions de ce nouvel arrêté. Il craint des délais de livraison allongés : "s'ils augmentent, les plats arrivent froids, les gens vont peut-être moins commander et ce n'est pas top." Avec le couvre-feu avancé à 18h, la livraison représente 50% de son chiffre d'affaires. "Heureusement qu'il y a ça parce que nous cela nous permet de survivre."

Périmètre concerné par l'arrêté municipal.
Périmètre concerné par l'arrêté municipal. - Mairie de Nantes

Stéphane Lubert, comme cet autre restaurateur du centre-ville, disent comprendre les plaintes concernant les nuisances sonores. Mais pour eux le calendrier n'est pas le bon. "C'est pas le moment, puisqu'on est encore en couvre-feu, le problème c'est qu'aujourd'hui on essaye de survivre. Cela aurait mieux d'attendre la réouverture des restaurants pour mettre cela en place", estime cet autre gérant installé Allée Flesselles. La réduction de la pollution et la sécurité des piétons font également partie des arguments présentés par la mairie pour justifier son arrêté.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess