Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Les motards en colère espèrent toujours faire renoncer le gouvernement aux 80 km/h

samedi 30 juin 2018 à 14:27 Par Adrien Serrière, France Bleu Vaucluse

L'abaissement à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les routes secondaires sans séparateur central sera officiel ce dimanche à minuit. Pourtant la Fédération des motards en colère continue de se mobiliser en Vaucluse et partout en France avec l'espoir de faire reculer le gouvernement.

Les motards estiment que cette nouvelle mesure va amener de nouveaux dangers sur la route.
Les motards estiment que cette nouvelle mesure va amener de nouveaux dangers sur la route. © Maxppp -

Vaucluse, France

Une cinquantaine de motards s'était donné rendez-vous samedi matin à Orange. Pendant ce temps, une autre cohorte partait, elle, d'Apt avec un même objectif : montrer que la mobilisation de la Fédération des motards en colère contre l'abaissement de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires reste forte. Le cortège de motards a ensuite bâché plusieurs radars du département.

«On ne lâche pas l'affaire»

Alors que la mise en place de la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires sans séparateur central sera officielle dimanche à minuit, la Fédération des motards en colère garde l'espoir de faire reculer le gouvernement : «On ne lâche pas l'affaire», affirme Frédéric Georges, des motards en colère de Vaucluse : «Ce ne serait pas la première fois que la fédération arrive à faire reculer le gouvernement sur des mesures qui sont déjà mises en place. Par exemple, la vignette moto dans les années 80». 

Avec cette mesure très impopulaire, le gouvernement estime pouvoir sauver 200 à 400 vies par an. Les motards ne sont pas du même avis. Pour eux, cette nouvelle limitation pourrait même rendre les routes encore plus dangereuses. Frédéric Georges craint de voir «des hordes de conducteurs zombies cet été qui vont avoir le nez sur le compteur en permanence, sans respect des distances de sécurité, avec le nez sur le téléphone, avec des camions qui, eux, vont continuer de rouler à leur vitesse et qui vont coller à l'arrière des véhicules»