Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Les "navetteurs" entre Dijon et Besançon peuvent maintenant voyager à grande vitesse

mercredi 31 août 2016 à 18:56 Par Adeline Tavet, France Bleu Bourgogne

Les usagers de la SNCF qui possèdent un abonnement TER entre Dijon et Besançon vont désormais pouvoir rentrer chez eux en TGV, grâce à un accord entre la SNCF et la région Bourgogne-Franche-Comté.

Les usagers du TER pourront désormais prendre le TGV
Les usagers du TER pourront désormais prendre le TGV © Radio France - Marion Bastit

Besançon, Bourgogne Franche-Comté, France

Douze aller-retours supplémentaires pour ceux qui font la navette entre Dijon et Besançon régulièrement ! Les usagers qui possèdent un abonnement TER, annuel ou mensuel, pourront désormais monter dans un TGV pour leur trajet. La présidente de région Marie-Guite Dufay l'avait déjà annoncé avant l'été, à partir du 1er septembre l'offre TER-TGV entre en application.

Plus de flexibilité

Le trajet n'est pas plus rapide en TGV mais le nombre de liaison augmente de 50%. Entre Dijon et Besançon, on passe de 23 aller-retours par jour à 35. Les abonnés pourront prendre le TGV dès qu'il arrive en gare sans réserver de place.  Pour cela, il faudra payer un supplément de 50 euros par mois, ce qui fait un total de 220 euros par mois. Mais la présidente de région rappelle que la moitié de cette somme est prise en charge par l'employeur. De plus, la région a mis la main à la poche pour obtenir cet accord, qu'elle finance à hauteur de 300 000 euros par an.