Transports

Les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes avancent la date de leur manifestation

Par Pascal Roche, France Bleu Loire Océan et France Bleu jeudi 31 décembre 2015 à 11:35

© Maxppp - @maxppp

Pris de court par la relance d'une procédure judiciaire, les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont décidé jeudi d'avancer la date de leur manifestation initialement prévue le 16 janvier à Nantes. Elle aura lieu le samedi 9 janvier, à quelques jours d'une audience devant le tribunal.

Ils devaient manifester le samedi 16 janvier à Nantes, ce sera finalement une semaine plus tôt, le samedi 9 janvier. Ce jour-là les opposants au projet de transfert de l'aéroport de Nantes Atlantique à Notre-Dame-des-Landes envisagent d'organiser un cortège sur le périphérique avec des tracteurs, des vélos et des piétons. La date de ce rassemblement a été modifiée mercredi soir lors d'une assemblée générale qui a réuni 200 personnes selon un participant. Cette réunion a été organisée quelques heures après la relance des procédures d'expulsions sur la ZAD.

Une astreinte de 200€ par jour

Les occupants de 11 maisons et de quatre exploitations agricoles ont en effet reçu une convocation au tribunal de grande instance de Nantes pour le mercredi 13 janvier. Il s'agit d'habitants de Notre-Dame-des-Landes et de Vigneux-de-Bretagne qui vivaient là bien avant la déclaration d'utilité publique, ce sont les opposants historiques au projet. Le groupe Vinci (concessionnaire de l'aéroport) qui a déjà obtenu leur expropriation demande leur expulsion immédiate sous peine d'astreinte de 200€ par jour de retard. Une première audience devait avoir lieu le 10 décembre dernier, 700 personnes étaient venus soutenir les opposants devant le palais de justice de Nantes mais cette audience avait été annulée au dernier moment, "dans un souci d'apaisement" selon l'avocat de Vinci, nous étions alors à trois jours du second tour des élections régionales.

Une autre manifestation est annoncée

Les opposants au projet d'aéroport ont donc modifié leur calendrier pour organiser une première manifestation quelques jours avant le rendez-vous au tribunal, par ailleurs le jour de l'audience, le mercredi 13, ils appellent à un nouveau rassemblement devant le palais de justice de Nantes. Très en colère, Julien Durand, porte-parole de l'ACIPA (opposants), dénonce la "précipitation" de Vinci derrière laquelle il voit la main de l'Etat, il demande au Président de la République de respecter sa parole et de ne pas engager de travaux avant l'épuisement de tous les recours.

Julien Durand, porte-parole de l'ACIPA, opposant à Notre Dame des Landes