Infos

La fête des opposants à l'autoroute A45

Par Léo Tescher, France Bleu Saint-Étienne Loire dimanche 18 septembre 2016 à 17:33

Malgré la pluie, les opposants sont venus en nombre dans un champ de la ferme du Mornantais.
Malgré la pluie, les opposants sont venus en nombre dans un champ de la ferme du Mornantais. © Radio France - Léo Tescher

Selon les organisateurs, il y avait près de 2.000 personnes à la fête des opposants à l'A45 ce dimanche. Une fête avec le sourire, ce qui n'a pas empêché les revendications de se faire entendre.

« Des moutons, pas du goudron » pouvait-on lire sur un drap accroché à la benne d'un tracteur. Habitants, paysans, élus, ils se sont tous retrouvés pour une fête des opposants à l'A45 ce dimanche. Au programme : casse-croûte, théâtre, concerts et table-ronde avec des personnalités issues d'autre mouvements d'opposition (Notre-Dame-des-Landes, barrage de Sivens...).

« Installer une ZAD (ndlr. zone à défendre) comme à Notre-Dame-des-Landes, ce n'est pas la meilleure des solutions. Déjà parce que c'est illégal. Mais malheureusement, comme nous avons pu le constater à Sivens, quand les associations comme la Confédération Paysanne sont méprisées dans le dialogue, quand l'État refuse d'entendre les alertes du monde scientifique ou même de ses propres services s'opposant à ce genre de projet, il n'y a plus d'autre choix. Occuper le chantier, ça doit être le dernier recours pour obliger les élus à revoir leur position. Et ça ne suffit pas toujours... Nous à Sivens, on nous a répondu par la force, la répression, la violence contre les opposants jusqu'à la mort de Rémi Fraisse. Il aura fallu un mort pour revenir à un peu de sagesse et remettre le projet sur la table. » Ben Lefetey, du comité de sauvegarde de la zone humide du Testet (81), venu soutenir les opposants à l'A45.

Le plan de financement de 845 millions d'euros pour l'A45 a pourtant été voté cet été par la région, le département de la Loire, et Saint-Étienne Métropole mais les opposants n'entendent pas se démobiliser. Pour eux, ce projet est un non-sens économique et écologique à l'heure où la France sort d'un accord COP21 sur le climat.

►Retrouvez notre dossier A45 ici.

Partager sur :