Transports DOSSIER : Le projet de l'A45 entre Saint-Étienne et Lyon

Les opposants à l'autoroute A45 restent mobilisés

Par Mélodie Viallet, France Bleu Saint-Étienne Loire jeudi 15 décembre 2016 à 17:48

Une cinquantaine de manifestants à Lyon devant l'hôtel de région
Une cinquantaine de manifestants à Lyon devant l'hôtel de région © Radio France - Mélodie Viallet

Ils étaient environ une cinquantaine, jeudi 15 décembre, devant l’hôtel de région à Lyon. Des paysans mais aussi des riverains impactés par le tracé de cette future autoroute entre Lyon et Saint-Étienne.

Le tracé de cette autoroute irait de Brignais dans le Rhône à et La Fouillouse dans la Loire. Cette autoroute a pour objectif de fluidifier le trafic entre Lyon et Saint-Étienne en doublant l’autoroute A47. Mais ce projet est très polémique et ne plaît pas à de nombreux agriculteurs et riverains impactés par le tracé. 375 exploitations seraient touchées par ce projet et plus de 500 hectares seraient engloutis selon une étude réalisée en 2015 par le CETE (Centre d’études techniques de l’équipement).

À lire aussi : Autoroute A45 entre Saint-Étienne et Lyon : cinq questions pour tout comprendre

Selon les paysans, de nombreux produits locaux sont menacés

Et les opposants restent mobilisés: jeudi 15 décembre une cinquantaine de manifestants s’est réunie devant l’hôtel de région à Lyon, alors que les élus régionaux étaient en train de voter une subvention de 131 millions d’euros versée à Vinci pour la construction de cette autoroute. Les manifestants sont venus avec pommes, du lait, de la charcuterie ou encore du fromage. Des produits qui viennent des Monts du Lyonnais ou des Coteaux du Jarez. Des produits qui selon les agriculteurs, sont menacés par l’A45. "Ce sont toute une multitude de produits locaux qui risquent de disparaître, et surtout c’est la mort annoncée de plusieurs exploitations", regrette Jean-Luc Juthier, paysan retraité à Maclas, dans le Pilat.

"Notre exploitation sera coupée en deux par l’autoroute", explique Jean Guinand, propriétaire de terres agricoles dans le Rhône

"C’est un désastre", s’exclame Jean Guinand, qui possède 70 hectares et 45 vaches laitières à Mornant dans le Rhône : "on va perdre entre 10 à 15 hectares de nos terres et notre exploitation va être coupée en deux par cette autoroute".

Les opposants réfléchissent à créer une ZAD

Huguette n’est pas agricultrice. Elle habite à Genilac, commune de la Loire qui se trouve sur le tracé de l’A45. Elle estime que ce projet est d’un autre temps : "Aujourd’hui il faut plutôt développer les transports en commun et laisser tomber les voitures, ce projet est incompréhensible." Et même si aujourd’hui le projet semble bien ficelé et difficile à contrer, les opposants ne baissent pas les bras. Ils envisagent même de créer une ZAD, une Zone à Défendre, comme à Notre-Dame-des-Landes en Loire-Atlantique, sur le territoire du futur aéroport.

"Cette autoroute serait un désastre" : Le reportage de Mélodie Viallet

Le tracé de l'A45 concerne 15 communes dans la Loire. - Radio France
Le tracé de l'A45 concerne 15 communes dans la Loire. © Radio France - Denis Souilla