Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

"Les petites lignes ferroviaires ne peuvent pas avoir pour seul horizon la fermeture" dit Elisabeth Borne en Dordogne

jeudi 31 janvier 2019 à 19:23 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord, France Bleu Gironde et France Bleu

La ministre des Transports Elisabeth Borne était en Dordogne ce jeudi. Elle a notamment inauguré le chantier de modernisation de la ligne Bergerac/ Libourne. Un chantier à plus de 83 millions d'euros. L'occasion de parler des petites lignes ferroviaires de Nouvelle-Aquitaine.

La ministre des transports sur le chantier de modernisation de la ligne Bergerac/Libourne
La ministre des transports sur le chantier de modernisation de la ligne Bergerac/Libourne © Radio France - Antoine Balandra

Dordogne, France

La ministre des Transports Elisabeth Borne était en visite en Dordogne ce jeudi. Elle a d'abord fait un crochet par Mussidan où elle a débattu pendant environ une heure et demi avec des élus et des chefs d'entreprises du Périgord, dans le cadre du grand débat national.

Elle a répondu à de nombreuses questions, notamment sur la difficulté à se déplacer en zone rurale. "Il faut favoriser le véhicule électrique et à la demande à la campagne" a dit la ministre "pour sortir de la dépendance au pétrole".

Elisabeth Borne s'est ensuite rendue à Bergerac pour inaugurer les travaux de la ligne Bergerac/ Libourne. 

La ministre lance les travaux de la ligne Bergerac/ Libourne - Radio France
La ministre lance les travaux de la ligne Bergerac/ Libourne © Radio France - Antoine Balandra

Environ 62 km de voies remis à neufs, pour 83.8 millions d'euros financés à 42% par la région, 33% par l'Etat, 17% par la SNCF et 8% par les collectivités locales (dont des collectivités girondines).

Avec un message, martelé, plusieurs fois : "Les petites lignes ne peuvent pas avoir pour seul horizon la fermeture".

Devant le train qui entamera bientôt les travaux, la ministre a donc dit et redit, répété et juré que désormais les petites lignes ferroviaires étaient LA priorité du gouvernement.

"Ma priorité, ce sont les transports du quotidien, sortir d'une approche des grands projets autour du TGV, pour s'occuper de la mobilité et des déplacements du quotidien. Cela fait des décennies que l'on a négligé l'entretien du réseau".

"Les voyageurs se rendent compte que les trains vont moins vite, ce qui est paradoxal à notre époque, donc il faut absolument remettre de l'argent sur l'entretien des réseaux", a poursuivi la ministre

Pas gagné pour les autres lignes

Le président de la région Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset s'est quant à lui félicité du lancement des travaux sur la ligne Bergerac/ Libourne. Mais il dit ne pas croire sur parole la bonne volonté de l'Etat rappelant que c'est la région qui met le plus d'argent dans la rénovation de la ligne Bergerac/ Libourne : "Où est l'argent ? Je suis Saint-Thomas, je ne crois qu'à ce que je touche, sur 80 millions d'euros, c'est la région qui finance le plus, et qui fait même l'avance à l'Etat !" s'exclame le président de la région.

Le président de la fédération des usagers des transports de Nouvelle Aquitaine Christian Broucaret, lui, se félicite d'une prise de conscience de l'Etat.

Les financeurs de la rénovation de la ligne Bergerac/ Libourne réunis à Bergerac en Dordogne - Radio France
Les financeurs de la rénovation de la ligne Bergerac/ Libourne réunis à Bergerac en Dordogne © Radio France - Antoine Balandra

Mais quand on demande au directeur territorial de la SNCF Réseau Alain Autruffe si les autres petites lignes de la région seront donc sauvées, il s'empresse de souligner que ce sera cher.

"On a des lignes qui ont 150 ans d'âge de création, on arrive à des échéances de renouvellement, donc effectivement en Nouvelle-Aquitaine on a un gros patrimoine et de gros besoins financiers", dit Alain Autruffe

Une note d'optimisme quand même, la nouvelle ligne Bergerac Libourne sera inaugurée le 29 septembre. Et la ministre a promis de revenir pour l'occasion.