Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Transports, circulation : les principaux points noirs en France

Les pistes pour mettre fin aux bouchons dans la métropole lilloise

-
Par , France Bleu Nord

Journée spéciale mobilité sur France Bleu Nord ce jeudi avec un point noir dans le Nord-Pas-de-Calais : la circulation dans la métropole de Lille qui concentre deux millions de déplacements quotidiens en voiture et son lot de bouchons qui va avec.

Le périphérique de Lille
Le périphérique de Lille © Radio France - Stéphane Barbereau

Lille, France

Le règne de la voiture n'est pas prêt de prendre fin : selon une étude de la Mel (Métropole Européenne de Lille) datant de 2016, 57% des habitants se déplacent chaque jour en voiture, 29% optent pour les transports en commun, 8% pour le vélo, 3% pour le train et 1% la moto. En 10 ans, le nombre de voitures a augmenté de 7% dans la métropole, du fait de la hausse de la population, ce qui représente 35 000 voitures portant le parc automobile métropolitain à 530 000 véhicules. Mathieu Chassignet est ingénieur lillois, spécialiste des transports et de la mobilité durable : 

On fait des trajets en voiture de plus en plus longs à cause de l'éloignement domicile-travail. On a beaucoup de mal à faire diminuer l'usage de la voiture

Pour inverser la tendance, Mathieu Chassignet préconise "de mieux répartir l'espace public occupé à 80% aujourd'hui par la voiture, les piétons et les vélos n'ont que les restes".

Construire de nouvelles routes ?

Pour ce spécialiste de la mobilité, élargir les routes (comme l'A25 sur la portion Lille-Armentières) doit être écarté : 

Ce serait la pire solution, ça ne marche jamais. La ville la plus congestionnée en France est Marseille, la ville qui encadre le moins l'usage de la voiture. 

"les villes les plus congestionnées dans le monde se trouvent notamment aux Etats-Unis. A Houston, Los Angeles, on a des autoroutes à 7 ou 8 voies et malgré cela, les automobilistes perdent énormément de temps dans les bouchons. A Mexico, il y a des autoroutes à double étage et on roule à 8 km/h de moyenne".

Réécoutez l'interview de Mathieu Chassignet

Construire de nouvelles lignes de tramways

Pour inciter les habitants à lâcher leurs voitures, il faut un meilleur réseau de transports en commun. La Mel organise en ce moment une consultation de ses habitants qui peuvent faire des propositions pour améliorer leurs déplacements, sur internet, dans le cadre du Schéma Directeur des Infrastructures de Transport. 1 150 000 habitants sur les 90 communes de la Mel, 100 000 de plus en 2035, il faut prévoir dès maintenant les modes de déplacement. Cela fait près de 20 ans que l'on n'a pas construit d'infrastructures lourdes de transport collectifs dans la métropole, depuis la prolongation de la ligne 2 en 2000 vers le CH Dron, à Tourcoing. En juin prochain, les élus de la Mel décideront des nouvelles lignes à construire, aucune option n'est écartée affirme le vice-président chargé des Transports, Daniel Janssens, également maire de Wambrechies : 

Un tramway transporte entre 1 500 et 9 000 voyageurs par jour, un bus à haut niveau de service entre 1 000 et 5 000 voyageurs

Le coût n'est pas le même non plus : 

  • Métro :  80 à 120 millions d'euros / km
  • Tramway : 20 à 25 millions d'euros / km
  • Bus à haut niveau de service : 10 millions d'euros / km
  • Téléphérique : 15 à 25 millions d'euros / km

Le groupe majoritaire à la Mel préconise d'investir 1,3 milliards d'ici 2035, au moins dans une nouvelle ligne de tramway. Selon certains élus, l'axe à construire en priorité pourrait relier les villes d'Haubourdin-Loos-Lille (via la Citadelle et une connexion à la gare Lille-Flandres) - Saint André - Marquette - Wambrechies.

Ecoutez les solutions anti-bouchons dans la métropole lilloise

Les écologistes réclament 6 lignes de tramway

Chez Europe-Ecologie Les Verts, on veut plus que doubler cet investissement et consacrer 3 milliards d'euros en 15 ans à la construction de 6 lignes de tramways sur 70 kilomètres au total : 

  • Villeneuve d'Ascq - Hem - Roubaix - Tourcoing
  • Villeneuve d'Ascq - Saint André lez Lille 
  • Haubourdin - La Madeleine
  • Haute-Borne - CHR
  • Seclin - Lille
  • Lille - Comines

Jérémy Crépel est le président du groupe EELV à la Mel :

Le bus, ça ne va pas convaincre suffisamment les gens parce qu'ils se retrouvent souvent coincés dans la circulation, on ne peut jamais garantir à 100% du site propre

EELV veut aussi étendre les lignes 1 et 2 du métro.

Le téléphérique urbain, gadget ou solution adaptée ?

Parmi les transports collectifs sur la table des élus, il y a aussi le téléphérique urbain. Il a fait son apparition, en France, à Brest, en 2016 avec quelques couacs. Le 1er adjoint à la maire de Lille, Pierre de Saintignon, milite pour cette infrastructure pour relier le quartier de Fives au centre-ville de Lille, enjambant ainsi le périphérique. D'autres proposent aussi une liaison vers l'aéroport de Lesquin desservi uniquement en bus aujourd'hui. Daniel Janssens retient l'idée : 

Ce n'est pas écarté du tout mais ça n'est pas évident à construire et ça ne transporte pas beaucoup de voyageurs, entre 500 et 5 000 voyageurs par jour

Jérémy Crépel est plus sceptique sur le téléphérique urbain ou les navettes automatisées actuellement testées sur le campus de Villeneuve d'Ascq : "Peut-être que localement, sur un point précis, cela peut être intéressant, mais il faut éviter le gadget, on a besoin de dispositifs qui ont fait leurs preuves".