Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Les prix augmentent aux péages des autoroutes ce jeudi en Bourgogne-Franche-Comté

mercredi 31 janvier 2018 à 15:21 Par Christophe Tourné, France Bleu Bourgogne

Mauvaise nouvelle pour les automobilistes usagers de l'autoroute, les prix augmentent à partir d'aujourd'hui au péage. La hausse des tarifs des péages est comprise entre 1,03 % et 2,04 %. Pour l'APRR, les prix augmentent de 2% à compter de ce jeudi 1er février.

péage autoroutier (illustration)
péage autoroutier (illustration) © Maxppp - Vincent Isore

Dijon, France

Une hausse variable selon les portions d'autoroute

La hausse des tarifs des péages est comprise entre 1,03 % et 2,04 % pour les trois principales sociétés d'autoroute, à savoir la Sanef dans le Nord Est, Vinci, pour le Sud et l'Ouest, sans oublier celle qui nous intéresse un peu plus en Bourgogne, la société des Autoroutes Paris Rhin Rhone (APRR) qui gère notamment l'A6 entre Paris et Lyon où les prix augmentent de 2%. Mais attention car la hausse peut s'avérer beaucoup plus importante pour certaines portions, par exemple jusqu'à 4% pour l'A19 entre Sens dans l'Yonne et Artenay dans le Loiret.    

Pourquoi une telle augmentation, sachant que l'an passé, la hausse était en moyenne de 1% ?  

Elle s’explique "en partie" par le taux d’inflation qui a été établi à 1,026% le 1er octobre dernier. Elle s'explique aussi par une répercussion de la hausse de la redevance domaniale en 2013 qui est passée de 200 à 300 millions d’euros. La redevance domaniale, c'est ce que les sociétés d'autoroutes reversent à l’État pour l’exploitation d’une portion du domaine public. Enfin, une troisième raison est évoquée : le gel des tarifs en 2015. Il n'y avait pas eu d'augmentation cette année là, mais on le constate, les concessionnaires se rattrapent bien depuis. D'ailleurs, si on regarde un peu plus en arrière, on s'aperçoit qu'en 10 ans, les tarifs on bondit de 20%.  Et petit rappel, en 2015, le gel avait été décidé par Ségolène Royal, alors ministre de l’Environnement, et validé par Emmanuel Macron, qui était, lui, ministre de l’Économie et des Finances.   

Un cadeau plus qu'empoisonné

Ce gel des tarifs en 2015 est un cadeau qu'on paye finalement très cher aujourd'hui. Et ce n'est pas fini car cette décision avait été attaquée par les sociétés d'autoroutes qui avaient obtenu gain de cause devant la justice. Il y a donc un rattrapage qui va coûter aux automobilistes 500 millions d'euros étalés sur 20 ans.  Et pour couronner le tout, les sociétés d’autoroutes ont signé un Plan de relance autoroutier de plus 3 milliards d’euros. Elles ont obtenu en échange des allongements de concessions mais aussi des hausses de tarifs entre 2019 et 2021 pour financer 803 millions d’euros de travaux supplémentaires. 

Alors quels genre de travaux ? Eh bien en ce moment, il y a le chantier qui touche à sa fin après 22 mois de travaux, du raccordement de l'A89 à l'A6. L'A89 permet de ralier Bordeaux à Lyon via Clermont Ferrand, ou encore plus au Nord, l'élargissement de l'A6 à trois voies dans l'Yonne autour d'Auxerre, un chantier prévu sur trois ans et qui devrait être terminé l'an prochain, en 2019. On peut encore évoquer le remplacement d'une dalle de béton dans le tunnel du Mont Blanc. Ils vont débuter d'ici quelques semaines.

  - Visactu
© Visactu
  - Visactu
© Visactu