Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les quais du canal Saint-Martin bientôt piétons : riverains et travailleurs du quartier sont divisés

-
Par , France Bleu Paris

Ce vendredi, Anne Hidalgo sera réélue maire de la capitale par le Conseil de Paris. Une de ses "premières mesures fortes" : la piétonnisation du canal Saint-Martin (Paris 10e). Les habitants du quartier et ceux qui y travaillent sont divisés sur les aménagements progressifs déjà entamés.

Les bords du canal Saint-Martin sont très prisés des fêtards parisiens
Les bords du canal Saint-Martin sont très prisés des fêtards parisiens © Maxppp - Sébastien Muylaert

Anne Hidalgo l'avait annoncé au JDD avant-même le second tour des élections municipales qui l'ont confirmée dans son siège de maire de Paris : elle souhaite piétonniser le canal Saint-Martin (Paris 10e). 

Les aménagements ont débuté le 25 juin, avec l'interdiction de certains accès pour les voitures, la création de contre-sens pour les vélos, ainsi que la suppression des stationnements payants. La mairie de Paris explique, carte à l'appui, qu'elle entend diminuer progressivement la circulation quai de Jemmapes et de Valmy

Livreurs et taxis excédés par les bouchons 

Pour l'instant, les aménagements n'en sont qu'à la première phase, des voitures circulent encore sur certaines parties des quais mais la circulation est déjà bien compliquée, surtout en heure de pointe, vu qu'il faut faire des détours. En pleine livraison, Johnny explique qu'il a perdu 15 minutes à cause des bouchons : "On est obligés de faire tout le tour, il y a des vélos, des sens interdit". Un peu plus loin, Eddy explique que pour les livreurs, "c'est la galère. _On n'arrive pas à l'heure pour les livraisons quai de Jemmapes, et on en a beaucoup ici. On a perdu des clients parce qu'on prend du retard. Et puis, avec le trafic, je finis deux heures plus tard chaque jour_". 

Depuis quelques jours, certains taxis évitent la zone : "Quand on a une course sur le canal, on a des chemins bis et il y a de gros bouchons, raconte Mohamed. C'est n'importe quoi de fermer ici parce que c'est un passage qui permet d'éviter le boulevard Magenta qui est un gros axe, et du coup on se retrouve coincés". Dans son taxi, Chantal fulmine contre cette décision : 

Ah ça nous tue quoi ! Imaginez, si vous avez un client vous faites 10 euros avec lui d'habitude, maintenant avec les bouchons il faut compter 15 à 20 euros pour la même course. C'est fatigant, et le client pense que c'est de notre faute. Et puis après la course, il faut repartir, on perd du temps, et on ne gagne rien. 

Les riverains craignent des fêtes encore plus importantes le long du canal 

Plusieurs riverains, habitants du quartier depuis des années, s'inquiètent de la piétonnisation à venir du canal. Mireille et Michel, deux retraités, n'en peuvent déjà plus du bruit des fêtards qui viennent prendre l'apéro sur les quais, quasiment sous leurs fenêtres : "Aujourd'hui, on ne peut s'endormir que vers une heure du matin, raconte Mireille. Si c'est piéton ici, c'est épouvantable, tous les gens vont s'agglutiner le long du canal et ça va être infernal"! Son mari abonde : "Ça sera invivable, et le prix de notre appartement va baisser de moitié!"

Florence, qui vit à quelques mètres de là, va dans le même sens. Si elle reconnaît que piétonniser part d'une bonne intention, elle déplore déjà des bouchons "monstre" à cause des déviations et du changement de circulation autour du canal. Et surtout, elle craint aussi une augmentation du nombre de fêtards : "En ce moment, ils font la fête jusqu'à 4 heures du matin, ce sont des beuveries, les gens viennent uriner dans notre hall, et demain quand ce sera piéton, on vivra encore plus un enfer". 

Certains commerçants y sont favorables.  

D'autres dans le quartier voient d'un bon œil la fin de la voiture sur les quais. Ysée, qui travaille dans un restaurant, y est favorable : "Il y a plus de piétons que de voitures ici donc je pense que c'est une bonne chose. Et puis pour nous, les restaurants, vu qu'on vient d'avoir l'autorisation d'installer nos terrasses sur la rue, c'est mieux sans voiture : c'est plus agréable et plus sécurisé". 

De l'autre côté du canal, Yassine, patron du Petit Carillon se félicite de cette annonce : "C'est une très très bonne nouvelle, c'est un rêve qui se réalise, les clients vont pouvoir se poser en terrasse au calme, même si je comprend que pour ceux qui ont une voiture ici, ça va être plus compliqué avec les embouteillages". 

Pied à terre, sur son vélo, Bruno, livreur, est lui aussi très satisfait : "Moins il y a de voitures, mieux je me porte. Je suis ravi, c'est une super bonne nouvelle". Dans l'été, la mairie compte d'ailleurs installer une piste cyclable à double sens à l'est du canal pour développer l'usage du vélo. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess