Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Gilets jaunes : la plupart des radars dégradés en Alsace

jeudi 10 janvier 2019 à 18:37 Par Luc Dreosto , France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Environ 60% des radars routiers en France ont été neutralisés ou dégradés depuis le début du mouvement des gilets jaunes, selon le gouvernement. L'Alsace n'échappe pas à ces actes de vandalisme.

Plusieurs radars ont été incendiés en Alsace depuis le début du mouvement des gilets jaunes
Plusieurs radars ont été incendiés en Alsace depuis le début du mouvement des gilets jaunes © Maxppp -

Alsace, France

Longtemps silencieux sur le sujet, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a finalement brisé ce jeudi l'omerta : "En France, près de 60% des radars ont été neutralisés, attaqués, détruits par celles et ceux qui se revendiquent du mouvement des gilets jaunes." Christophe Castaner a qualifié "d'imbéciles et d'inconscients" ceux qui s'en prennent à ces équipements. Pour les gilets jaunes, les radars symbolisent le "racket" de l'Etat contre les automobilistes.

Plusieurs radars arrachés ou incendiés en Alsace

Si les préfectures des deux départements alsaciens ne communiquent pas sur le sujet, les quelques 70 radars de la région n'échappent pas à ces dégradations. Si les radars aux feux rouges ont été plutôt épargnés, quasiment aucun radar fixe contrôlant la vitesse n'a échappé à un acte de vandalisme depuis deux mois en Alsace. Ils ont été tantôt recouverts de sacs plastiques, tantôt tagués. Parfois même la méthode forte a été utilisée. Sans être exhaustif, les radars de Soufflenheim et d'Ingwiller ont été arrachés, ceux de Mertzwiller, de Niederhaslach, du Bonhomme, de Jettingen, de Carspach ou encore de Lièpvre ont été incendiés. 

Quand les dégradations sont légères, les sociétés de maintenance et les gendarmes nettoient les radars ou enlèvent les films plastiques qui les recouvrent, mais ils sont très souvent vandalisés dans la foulée. En revanche, pour les radars brûlés ou arrachés, ils ne sont pour l'instant pas remplacés, en attendant certainement la fin du mouvement des gilets jaunes. 

Une facture salée pour le contribuable

Ces dégradations auront évidemment un coût pour les contribuables. Le remplacement d'un radar coûte au moins 60.000 euros, sans compter le manque à gagner lié aux radars défectueux. En Alsace, plus de 1.000 PV sont habituellement distribués chaque jour à des automobilistes flashés par des radars automatiques et en 2017, ces équipements ont rapporté 1 milliard d'euros à l'État.

Pour l'endommagement d'un radar, les sanctions peuvent aller jusqu'à 30.000 euros d'amende et deux ans d'emprisonnement. Une destruction est elle passible de 75.000 euros d'amende et cinq ans de prison.