Transports

Les raisons du ras-le-bol des usagers contre le nouveau plan de circulation des bus à Chambéry

Par Willy Moreau, France Bleu Pays de Savoie samedi 14 janvier 2017 à 16:26

Un peu plus de 70 personnes ont manifesté ce samedi matin à Chambéry et réclamé un nouveau plan de circulation des bus.
Un peu plus de 70 personnes ont manifesté ce samedi matin à Chambéry et réclamé un nouveau plan de circulation des bus. © Radio France - Willy Moreau

Des bus plus fréquents et plus rapides à travers l'agglomération de Chambéry, voilà ce que devait permettre le nouveau plan de circulation. Deux mois plus tard, le constat est amer chez les usagers. Certains ont manifesté leur colère ce samedi matin dans les rues chambériennes.

À la rentrée des classes 2016, le Stac (Service des transports de l'agglomération chambérienne) sortait de son cartable un nouveau plan de circulation pour son réseau de bus. La société a reçu un zéro pointé de la part de ses usagers qui critiquent le manque de rotation, des lignes surchargées ainsi que la fermeture de certains arrêts.

Pourtant, si l'on en croit cette publicité, le projet semblait avoir tout pour plaire.

Des temps d'attente rallongés

Pour Valérie, habitante du quartier de Caramagne, entre Chambéry-le-Haut et la Cassine, le compte n'y est pas. Sur sa ligne, le nombre de rotation de bus a diminué. Elle doit attendre deux fois plus longtemps.

Le plan de circulation a été réétudié en novembre sous la pression des conducteurs. Mais les efforts ne suffisent pas. Les manifestants ne réclament pas nécessairement le retour à l'ancien réseau de bus mais demandent à la direction de prendre en compte leurs usages au quotidien.

Le nouveau plan de circulation dans le centre-ville de Chambéry (source : Stac) - Aucun(e)
Le nouveau plan de circulation dans le centre-ville de Chambéry (source : Stac) -

Jérôme Rebourg préside l'Association pour le développement des transports en commun. Tous les jours, il doit composer avec des usagers mécontents.

Des prix en augmentation

En parallèle, le prix des abonnements a augmenté.

"Pour l'abonnement annuel des plus de 65 ans, j'ai payé 180 euros cette année contre 133 euros l'année dernière." - Max, retraité et habitant de Chambéry-le-Haut.

Or, le service est dégradé pour beaucoup. Jeannine doit désormais marcher 15 minutes pour rejoindre son arrêt au centre-ville de Barberaz. Mauvaise surprise pour cette habituée des transports en commun : il n'y a ni banc, ni abri. Seul un panneau indique les horaires.

Face à leur ras-le-bol, les manifestants espèrent convaincre la direction du Stac de modifier une nouvelle fois le plan de circulation.